Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - CARL KUATE FODOUOP

Publié par Le Capital des Mots sur 14 Avril 2019, 16:35pm

Catégories : #poèmes

Sonnet à Sandrine

 

M’évitant mes tortionnaires,

M’étant donc soignante ;

D’un bleu turquoise diffractaire,

Elle m’émeut d’une force poignante….

 

Son front gentiment nous baisÂmes

Afin qu’Elle guérisse en retour.

La pureté indéniable de son Âme

Me fit penser à l’Eternel Retour!

 

Sans doute aucun par le Passé

Nous fîmes amants.

Ta Beauté m’a ému

 

Telle Celle d’une jolie tortue

Aux souffrances de Diamant

Que j’eusse potentiellement, rasséréné.

 

 

 

Mais il y a tant de choses non dévoilées,

Que Tu ne saurais comprendre ma Psyché.

Tant d'êtres humains ont tenté, tante, tente et tenté,

De celle-là l'appréhender...

Un esprit persécuté

En positivité

Allégé...

Appelez moi Protée,

Je suis protéïforme dans mes pensées...

Mon allégeance est polymorphe.

Ô Morpheus, tu ne t'es point trompé...

 

 

***

 

Le Bellier Zinzindohoue

 

Allure démoniaque

vade me cum, succube

peinture élégiaque

d'un potentiel incube.

 

Appétence vermeille

vainement suscitée

par cette saine engeance

qui dévoile constamment

sensible inanité

et vile incohérence.

 

Parées de merveilles

attise les sentiments

brise les espérances

à peine catalysées.

Louons la réflexion

en pleine décadence

mauvaises questions

piètres réponses

pensée trop lasse

piégée par les ronces

alors déplorons

que sans doute elle soit

lors d'importants choix

tel le grand Agamemnon

et son petit Ménélas

pendant la prise d'Ilion.

 

La Reine s'amuse

à étudier Évhémère

mes plus plates excuses

n'étant pas boulanger éphémère

fréquentant l'Empirée

sur les traces de Sapphô

tel le brillant Alcée

je brigue plutôt une muse.

 

Réclusion automnale

tel l'Ancien Pline

hibernation pérenne

posé près des racines

admirables d'un chêne

assoupi en moi-même

je souffle doucement

sur les chrysanthèmes

qui reposent fébrilement

sur le Dormeur du val.

 

 

***

à Clément, mon père, et à Héloïse, ma frère

 

si

ce qui de ma vie

figure l'ébène,

les ténèbres du déni

ainsi que l'ombre de l'oubli

ouvrit son esprit

-ô Narcisse perverti

sans doute percevrait-il sa folie.

 

pour autant

nous sortirait-il de l’Erèbe?

cette nage altière

effectuée au sein du Léthé,

par-delà les Champs-Elysées,

nous mène tout droit

sans pertes ni fracas

dans les tréfonds du Phlégéton.

 

où git mon âme,

flétrie par l’ennui,

de dégoût je me pâme

canalise mes larmes

sans répit

aiguise ma lame

tibiale.

 

pour autant

ma psyché, ses crises,

malheureuse au point

d'enjoindre l'arrêt

de ma méiose

est rassérénée

grâce à ma Dulcinée

Heloïse 

 
 
 
CARL KUATE FODOUOP

Je suis né le 14 janvier 1996 à Neuilly-sur-Seine. Âgé de 23 ans, j’étudie actuellement en master Cultural Policy & Management à Sciences Po Paris. J’ai intégré Sciences Po suite à un Baccalauréat S au lycée Pasteur. Cela fait quelques années que je m’essaie à la poésie et je m’efforce d’améliorer mes compétences en calligraphie persane au qalam et sino-nippone au pinceau. J’aime copier des poèmes anciens chinois (gushi et jintishi) et des haïkus japonais. Je pratique la méditation en Shikantaza Soto Zen 8-4-16-2, et j’apprécie l’harmonie du Taï Chi Chuan / Qi Gong / Gong Fu appliqués au Muay Thaï
. DJ/Producteur, bassiste ainsi qu’apprenti batteur/guitariste/pianiste autodidacte, je mêle musique, poésie et calligraphie au sein d’oeuvres en triptyque. Bouddhisme et Chamanisme demeurent deux piliers qui me permettent d’accéder à une certaine sérénité, que je me plais à nommer l’ataraxie équanime.

 

Car Kuate Fodouop - DR

Car Kuate Fodouop - DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents