Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - JEAN-LUC DESPAX

Publié par Le Capital des Mots sur 28 Février 2019, 13:39pm

Catégories : #poèmes

Restez en ligne s’il vous plaît

Restez en ligne s'il vous plaît, je vous passe la poésie...

(Jingle insupportable, musique recuite, elle est toujours vivante elle est toujours vivante, la lyre, vente à la sauvette de l'essentiel pour quelques-uns, tentative de fourgue d'assurance maladie, hommage lyophilisé en attendant le prochain, mais le carnet mondain, c'est sur abonnement aussi)

- Ne quittez pas s'il vous plaît…

(Glapissements furieux de fantasques calculateurs, reproches de moins en moins distillés de quelque affabulateur, le mytho a confisqué le matos je répète, jingle, Minou Drouet transgenre littéraire sans faire miaou mais fait MEOW purée, et se pose des questions, c'est bath, archaïsme, (c.h.ï.s.r.a.a.e.m : amuse-toi pour le prix qu'ça vaut pas, pure collection non? Ouais des effets arbitraires et des fées décaties) je m'ennuie, suis sûr que c'est surfacturé ce truc d'ailleurs où est la centrale d'appel s'il vous plaît ?

- Restez en ligne (d'une voix autoritaire, sirène de police plutôt)

(Les 7 nains rentrent du boulot et ils ont encore trouvé des anthologies sous les chênes, what the f......k!!!!!)

 

Sans parler du Calcio littéraire, qui ne tient compte ni des pieds sans sneakers ni de la mise en (ï)ambes réelle, disons si vous permettez que le roman devant s'incliner devant la non fiction, la "fiction" est priée d'investir en poésie. Sans musicalité bien sûr, puisque c'est "réglé" à la caisse comme du papier à musique.

 

Ben c'est-à-dire que je vais raccrocher là (Pas les gants l’élégant. J'ai pas dit décrocher, tout le monde s'en fout…)

- Nos lignes sont saturées pour l'instant. Veuillez renouveler votre appel plus tard. Nous, on sera allés boire un pot.

***

 

Pour ramener de la couleur d'un songe

Pour ramener de la couleur d'un songe
Il faut, dans la journée qui le précède,
S'être diverti
Cultivé
Avoir vu la beauté
Sans la débusquer
Ni oublié le prix qu'elle coûte
Avoir travaillé la science
Des caresses légères
Il faut, en somme
Avoir rêvé d'amour
Sans trop s'indigner
De la vie qu'on se fait mener
À Soi-même
Il faut avoir tissé cela
Avec un souvenir d'enfance
Et des espoirs inextinguibles.
Bien sûr ce n'est pas infaillible.
Pour le reste,
Faire confiance à l'inconscient
Qui s'en moque bien
Comme d'hab.

 

***

 

Le magazine de la salle d’attente

Je suis le magazine de la salle d'attente.
Je n'attends rien.
Surtout pas d'être un remède ponctuel contre l'angoisse.
Quand je suis sorti, je cherchais à distraire
Mais sans plus.

Périmé, je n'attends plus rien,
Pas même d'être saisi
Compris, suivi
Quelque temps que ce soit.
Je ne parle pas aux autres magazines.
Non que je sois hautain,
Qu'ils ne soient pas mon genre,
Ils ne parlent pas plus, eux!
Dans une salle d'attente,
Il vaut mieux éviter
De toute façon,
Même quand elle est vide.
On a la presse qu'on mérite.
Dans quelques mois
Je serai remplacé.
On ne peut compter indéfiniment
Sur la légendaire négligence intellectuelle
Des professions dites libérales.
Avant de partir au grand paradis
Du recyclage,
Dont je me fous éperdument,
Je remâcherai ce titre de gloire
Et jusqu'au bout:
Qu'un patient stressé
Fût suffisamment intéressé
Pour arracher discrètement une de mes pages
La glisser dans sa poche
En dessous de la carte Vitale.
Je ne connais pas de livre
Prisonnier du système marchand
Ou du fichage bienveillant
Qui puisse en dire autant.

© Jean-Luc Despax

 

JEAN-LUC DESPAX 

 

Il se présente : 

Né en mai 1968. Poète (Prix Arthur Rimbaud) et écrivain, il a dirigé le P.E.N club français. Membre de l'Académie Mallarmé. Derniers livres parus: 9.3 blondes light (Éditions Le Temps des Cerises), Mozart s'est échappé (Éditions Henry/Écrits du Nord), Rousseau dort tranquille (Éditions l'Herbe qui tremble). Son nouveau livre aux Éditions l'Herbe qui tremble, un essai sur le peintre Denis Pouppeville: Les joies de la profondeur.

 

Jean-Luc Despax - DR

Jean-Luc Despax - DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents