Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - PATRICK MOUZE

Publié par Le Capital des Mots sur 7 Janvier 2019, 18:01pm

Catégories : #articles - articles critiques

Ritournelle pour un jardin de pierre. Michel Lamart. Editions A l'index.

 

Plongez-vous dans Lamart… Michel qui n’a pas perdu sa tchatche depuis trente-cinq années, pourtant parti d’Au bord du gouffre, comblé de bonnes nouvelles – genre dans lequel il ne cesse de donner, quand il ne nous fait pas tout un roman (dernier en date : Trafiquants d’âmes, édit. Lune Ecarlate, 2016) ; Il ne transforme pas moins des essais, par exemple, en Sourire de Reims (Editions du Laquet, 2003), a même fait des scènes en Etat de siège (Editions Phénix, 1990) et aussi chanté sur les planches ses propres chansons aussi bien contestataires et humoristiques ou même sarcastiques que sentimentales ou nostalgiques… De plus, je laisse la curiosité du lecteur pour le voir passer en revues… Evidemment Michel, de sa plume angélico-satanique, a commis des recueils de poésie aux senteurs d’encens et de souffre. C’est même dans le domaine de la muse qu’il excelle et corne d’abondance ! Ce recueil (ici bien nommé) illustre parfaitement l’authenticité et la maîtrise de son art.

 

Ritournelle pour un jardin de pierres est jonché d’une série de poèmes qui scandent une marche qui va jusque dans les massifs népalais ! « Pas de mots / Des images », écrit-il dans la suite intitulée « Voir en soi ». Cette composition en cinq suites combine la musique du mot et l’émotion, ce qui peut se concevoir comme des haïku qui jouent les prolongations en de multiples échos ! « La recherche du sommet » (titre de la deuxième suite) impose au marcheur l’humilité :

«  Je ne puis me dépasser

Sans accepter

D’être dépassé

Moi-même

Par ce qui n’est pas moi »

 

Ainsi aspire-t-il alors à « La pure lumière » (titre de la quatrième suite) pour « Accéder / Par la contemplation / A une passivité active ». La révélation se manifeste dans la magie de la synesthésie : « J’écoute / La lumière / Du silence. » Cette valse-invitation n’est pas sans résonance avec les textes de François Cheng en un cinglant timbre de cymbales :

« Occident

Tu nies

L’inaction

Mâle obtus ».

 

Enfin, parvenu au « Népal » (ultime suite) : « Ne rien faire / Mais / Le vide (en soi) ».

D’où cette dernière leçon de sagesse :

« Voyager

C’est philosopher

Pour mieux nommer

Les barreaux de sa cage ».

 

Inutile de commenter plus avant sans tomber dans la paraphrase. Cependant, ajoutons que les monotypes de Maria Desmée qui scandent cette écriture du saisissement de la marche, virevoltent comme des calligraphies parties en nuées.

 

 

PATRICK MOUZE 

Ecrivain et poète œuvrant au comité de rédaction de la revue "Les Amis de l'Ardenne".

 

***

 

MICHEL LAMART 

Plus d'infos : https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Lamart

NB  : 

Ritournelle pour un jardin de pierre, Michel Lamart, avec six monotypes de Maria Desmée, 48p, À L'INDEX 10 € Le Livre à Dire Jean-Claude Tardif 11, rue du Stade 76 133 Epouville http://lelivreadire.blogspot.com/2018/06/collection-les-plaquettes-ritournelle.html

Ritournelle pour un jardin de pierre. Michel Lamart. Editions A l'index.

Ritournelle pour un jardin de pierre. Michel Lamart. Editions A l'index.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents