Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - MARIE-JOSÉ PASCAL

Publié par Le Capital des Mots sur 18 Janvier 2019, 11:34am

Catégories : #poèmes

La langue de l'exil


 

En quelle langue chanterons-nous l'exil

Quand nous n'aurons plus de racines !

Que les mots des ancêtres se heurteront aux murs

En quelle langue serons-nous des humains plus sensibles

Déjà, les portes se referment sur des silences meurtriers,


 

Et nous témoins de tragiques histoires, nous nous taisons,

Préférant le lit de l'oubli aux révoltes inassouvies

Peu importe la langue qui crie et qui casse les codes,

L'exil s'arrache au prix de larmes et de soupirs,

Alors que les mots estropiés boitent et peinent à venir,

Les regards effondrés traduisent bien l'errance

Et la peur d'être ailleurs sur des terres inconnues.


 

***

Les éternels amants


 

Nous avons voyagé dans tous les lits du monde,

Avec la nonchalance des éternels amants,

Nous avons sans regret arrêté les horloges,

Vivant au jour le jour des instants sans retour,


 

Et la barque profonde où nous étions rivés,

A essuyé aussi d'effroyables tempêtes,

Dans la chaleur des nuits où l'esprit de Bohême

Parfume l'air ambiant,

Nous avons soupiré sur les heures envolées,


 

Puis la barque a plongé dans des eaux déchaînées,

Les yeux remplis d'écume, les mains vides, le coeur lourd,

Nous avons écourté ce voyage insensé

Et des années plus tard, l'aube s'est enfin levée.

 

 

***

 

 

Les mots en sommeil


 

Plus de jardin secret, de chants venus d'ailleurs,

La page est restée blanche et les mots en sommeil,

Les mots qui s'habillaient de sentiments divers,

Ont perdu leur ivresse et leur refrain joyeux,


 

Voici que je suis seule devant l'ancien miroir

Qui jadis reflétait mes pensées de l'instant,

Mes utopies fougueuses,

Le miroir s'est terni, les images sont troubles

Et la page se tait décidément boudeuse,


 

Peut-on parler ainsi du vide de l'absence ?

Les mots n'ont pas de rênes pour freiner le galop

Des rêveurs lunatiques, des poètes un peu fous,

Mais moi, je vous le dis malgré tous ces silences,

Je sens frémir parfois mon âme adolescente

Et surgir du néant des forces insoupçonnées,

Même si la page est blanche, les mots vont s'éveiller.


 

 

MARIE-JOSÉ PASCAL 

 

Elle se présente :

 

     Marie-josé Pascal est intéressée très jeune par la poésie et la musique.A l'adolescence, elle publie de 197O à 1976,  dans la revue Humanisme Harmonie (Aix-en-Provence), un texte dans une revue italienne " Nuovo vento", dans la revue  Allal Art thérapie " les rameurs ", elle participe ensuite à une exposition de poèmes au Petit Palais à Avignon, trois textes  paraissent dans la revue " Flammes vives " et aussi dans la revue des "citoyens des lettres ". Récemment, elle a participé avec d'autres artistes à l'anthologie  "  De l'humain pour les migrants " et aussi dans celle d'Eric Dubois " Le capital des Mots", plus que  jamais la poésie fait partie de sa vie.

 

 

Marie-José Pascal - DR

Marie-José Pascal - DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents