Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - GEORGES THIÉRY

Publié par Le Capital des Mots sur 14 Janvier 2019, 20:52pm

Catégories : #poésie

Sur les lignes se rejoignent, les fragiles paraître, les inquiétudes d'un jour où troublants temps de crise lissent le regard, indiquent les écueils, isolé dans les étendues d'un vert glacial, la froideur hivernale marque le pas, je n'écris plus, sans réponse, trop découvert, se taire sur les pâleurs d’abîmes, au simulacre des autres je n'avais pas de réponse, leurs mensonges déforment, je ne sais plus que dire, je livre quelques mots confus aux parallèles d'un discours où les retors se complaisent , je dissimule les manques de sens dans des pratiques ouvrant la conscience, puis disparaître trop tard pour qu'ils s'en souviennent, je ne sais plus qui y tient, je fus accablé de mille reproches et souffrant l'enfer dans un dernier sursaut j'accédais enfin au royaume où la misère est absente, plein de ces récits d'un monde où les rancœurs sont absentes et l'amour prime, j'abandonnais progressivement ce rêve d'une terreur profonde où l'autre n'est réduit qu'à la rivalité et la haine. Pourtant ce fut dans ce rêve que je compris le mieux ces erreurs qui me conduisirent aux premières portes des enfers, quelques malédictions et un sentiment de puissance et l'illusion avait recouvert ma plus profonde nature faite de félicité. Je confie ces quelques pensées qui ne résolvent ni les traumatismes ni la ligne de fracture avec le réel, parce que cette vérité est déjà présente et que j'en ressens la profonde satisfaction dans l'être qui, peu à peu, se détache pour s'attacher à un principe supérieur et la relation avec ce principe suprême constitue la première pierre de la libération de l'enlisement que représentent les désirs à assouvir. Pour que cette pensée ne soit pas vaine je gardais ce mantra dans le cœur et sur la langue attendant le départ, lorsque les quelques objectifs qui me sont assignés seront réalisés. Un dernier regard sur ce monde et je ne vis que le trouble des êtres qui le peuplent et leur dépendance aux objets des sens.

 

© Georges Thiéry le 14 janvier 2019

 

 

Il se présente :

 

Georges Thiéry est né en 1978 à Troyes et vit à Dijon en Bourgogne. Parallèlement à l'archéologie, il pratique la peinture et l'écriture. Il a autoédité plusieurs ouvrages et publié dans les revues "Recours au poème", "Levure littéraire", "Mille et un poètes"? notamment et "Festival Permanent des Mots". Ses ouvrages sont les suivants :

 

- à l'absence s'apposer FPM, Nancy, 2016

-Sur la route de Gafsa 2011-2012 e-book collaboration poésie visuelle avec Souad Mani, Calaméo, juillet 2015

-Recueil de poèmes Taire les rancœurs, The book edition, Lille, Juin 2015

-Absences simultanées,poésie, The book edition, 2014
-
L'intensément fascinant, poèmes cosignés avec Chloë Malbranche, Edilivre, 2013
-
Nuits Krsnaïtes, poésie, Edilivre, 2012
-« Le temple de la nuit » dans 
Anthologie de nouvelles sensuelles, dir. Chloë Malbranche, Edilivre, 2011
-
Les chants parias, poésie, Edilivre, 2011
-
Les jours tombent, poésie, Edilivre, 2009
-Mots aux femmes, poésie et dessins, Lulu.com, 2008
-
Les sexes jaunes, poésie enluminée, Lulu.com, 2008

Il est aussi peintre.

 

http://georges.thiery.pict.free.fr/

Georges Thiéry . © Latifa Messaoudi - DR

Georges Thiéry . © Latifa Messaoudi - DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents