Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - DIDIER AYRES

Publié par Le Capital des Mots sur 27 Janvier 2019, 18:26pm

Catégories : #poèmes, #poésie

Jours et nuits dans le village.


 


 

J'ai croisé l'ombre violente de minuit

polygones et lumière froide

où j'ai lancé le mystère

qui est une heure lente et volontaire

c'est mon âme qui fut le lys.


 


 


 


 


 

Vois-tu la coupe des neiges

le néant plusieurs fois qui brûle

où seul à seul j'ai perdu la mort

le peuplier en métal la rue

et le monde qui palpite comme un insecte ?


 


 


 


 


 

Je comprends le secret les tourterelles

toi l'amour divinatoire et le ciel

l'embrasement des troènes.


 


 


 


 


 

Place rectangulaire où s'abattent les oiseaux

comme des ocelots de pierre

village dans le village et toutes sortes de violences

c'est la beauté peut-être et ces robes ivres

chevaux enténébrés.


 


 


 


 


 

Le vide encore et son sarrau

toute la jouissance de la ruelle et de la mort

milliers d'années d'église sommeil

le théâtre rouge et l'inconscient.


 


 


 


 


 

Plateau d'émeraude la rivière

narcisses nuits alcaloïdes

j'ai tourné moi aussi comme un papillon de craie

maison union désunion

le chien le hasard les pôles

le vide la beauté juste scandée par des lampes.


 


 


 


 


 

Et toutes les étoiles inoubliables

qui sont elles aussi des capes aquatiques

toute la nudité les routes.


 


 


 


 


 

Des colosses de sel qui chavirent

coupant le village et la nuit

un grand épervier vitreux.


 


 


 


 


 

J'ai quitté l'hypersomnie des rues

pour réduire le village à une giroflée

quelque chose donc les dormeurs

mon inquiétude abîmée.


 


 


 


 


 

C'est le jardin flottant de minuit

qui glisse vers moi comme une rivière

comme l'oxymore et les arbres.


 


 


 


 


 

Puis cinq heures furent venues et le cortège des neiges

toute la destruction intime et mon ouvrage

l'épée sommaire le magasin ivre

toute la mélancolie le sommeil.


 


 


 


 


 

Mon royaume de ruelles petites

des fortifications de papier

des pampres noirs

l'angoisse de n'être rien

et toute la matière et mon siècle.

 

 

 DIDIER AYRES 

 

Il se présente : 

 

Didier Ayres est né le 31 octobre 1963 à Paris et est diplômé d'une thèse de troisième cycle sur B. M. Koltès. Il a voyagé dans sa jeunesse dans des pays lointains, où il a commencé d'écrire. Après des années de recherches tant du point de vue moral qu'esthétique, il se consacre principalement à la poésie. Il a publié essentiellement chez Arfuyen. Il écrit aussi pour le théâtre. L'auteur vit actuellement en Limousin. Il dirige la revue L'Hôte avec sa compagne. Il gère les ateliers d’écriture créative à l’université. Il chronique sur le web magazine La Cause Littéraire et Recours au poème.

 

 

Didier Ayres - DR

Didier Ayres - DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents