Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - REMOUX

Publié par Le Capital des Mots sur 19 Décembre 2018, 16:29pm

Catégories : #poèmes, #photos

 
 
Chute

  

Par la fracture épithéliale

La terre porte-poison

A pénétré mon corps

Allongé sur une mousse dérisoire et sèche

Soudain gorgée de ma lymphe

Vicariance absurde

Jeu à somme nulle

Où vie reprend là où elle se perd

 

Par la fracture épithéliale

Mon âme a fui dans le jardin

Laissant mon corps

Couché sur les fougères astringentes

Muettes spectatrices

De l’extinction de mes pensées

S’envolant dans les feuilles vairons

Du premier automne

 

Par la fracture épithéliale

Mon cœur a battu pour rien

Jaillissant par à-coups de mon corps

Étendu sur les sépales des callunes

Couche violine

Buvant le carmin des cruors

Déversés généreux

Hors du contenant perdu

 

Par la fracture épithéliale

Un peu de ma vie a suinté

Coulant sur la berge de mon corps

Brisé sous les branches térébenthine

Des épicéas fidèles

Aiguilles à section losangique

Recouvrant mes plaies ouvertes

Au ciel indigo d’avant la dernière aube

 

Par la fracture épithéliale

L’hyphe a trouvé chemin

Et explore mon corps

Substrat palpitant

Du réseau diaphane

Traçant sous l’épiderme

Mycélium étendu qui fleurira bientôt

En carpophores pourpres

 

Par la fracture épithéliale

L’espoir s’est répandu

Sublimé aux confins de mon corps

Agrandi par les bris déplacés

Ayant conquis la litière de feuilles

Et rejoint l’horizon humique

Ma peau offerte aux animalcules

Douloureux rêve de symbiose

 

 

 

***
 
 

Sang

 

 La fougère aigle

A coupé ma paume

Qui saigne sur le limbe

Découpé

 

Sa crosse astringente

Fait hémostase

Et me pardonne

Mon geste brusque

 

Sur la feuille fractale

Le sang coagule

Et imprègne le tissu ascétique

L’étouffant de nutriments animaux

 

Tatouée de brun

La foliole ivre

S’enroule et se rétracte

Jouissant de son fix de lactates

 

Le réseau des frondes sœurs

Noie alors le sous-bois

D’un nuage d’éthylène

Qui m’écœure et me chasse

 

 

 

REMOUX 

 

Il se présente : 

 

Né en 1970 à Limoges, Parisien d’adoption, formé en biologie, je me sens poète sur le tard : pourquoi pas ? Poèmes parus dans les revues en ligne Le Capital des Mots, Recours au poème, Infusion, D’Ailleurs, Lichen, la revue Gong et la Revue du tanka francophone, à paraître dans Traversées.

Muséum d'Histoire Naturelle de New York. © Remoux- DR

Muséum d'Histoire Naturelle de New York. © Remoux- DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents