Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - SAMUEL MARTIN-BOCHE

Publié par Le Capital des Mots sur 10 Septembre 2018, 14:08pm

Catégories : #poèmes

CONFISCATION DE LA FORÊT


 


 

Dans le bois de hêtres

pourpres qu’orpheline le chant

des oiseaux


 

après qu’ils ont déserté

les branches

inhospitalières au plus

haut de la saison


 

seule la pluie

agite encore la mémoire des feuilles

et des écorces

 

sans interprète

 

 

***


 

 

DANS LE BOIS DES CHARMES


 

pour Joëlle Pétillot


 

Ignorant l’orfraie avec les fruits noirs

en grappe suspendus aux branches

entrelacées


 

ne renonce pas et d’allure légère

avançons plus profond vers la forêt


 

par-dessus les fondrières et les

apparences


 

peu importe que l’ombre ou

l’ortie s’interpose


 

puisqu’en chemin tu soulèveras

les visages fidèles à l’envers

des feuilles


 

bruissantes sous l’avril

rebondi des houppiers

 

 

 

SAMUEL MARTIN-BOCHE

Il se présente :

 

 

Né en 1977 à Essey-lès-Nancy, Samuel MARTIN-BOCHE vit et travaille aujourd’hui à Nevers (Nièvre). Depuis 2017, il contribue à différentes revues de poésie numériques ou papier (Arpa, Lichen, Recours au poème, Poésie/première, Le Capital des Mots, Gros Textes, Dissonances…).

 

Présent dans l’Anthologie poétique Flammes Vives 2018, volume 4 (parution prévue en décembre).

Flamme de bronze pour le prix Yves Bonnefoy, Flammes Vives 2018.

 

Samuel Martin-Boche - DR

Samuel Martin-Boche - DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Joëlle Pétillot 11/09/2018 17:44

Doublement touchée, par le cadeau que vous m'avez fait, et les mots qui le précèdent, qui sont aussi, à leur manière, des cadeaux. Hasard ? Le hêtre pourpre est un arbre que j'aime, et qui me fut bénéfique comme les arbres seuls savent l'être, sans jeu de mots; merci pour la dédicace, mais pour toute votre poésie, que je suis depuis un moment maintenant. Elle est sylvestre (mais pas seulement !) et cela me va. Merci.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents