Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - LAURENT MAINDON

Publié par Le Capital des Mots sur 7 Septembre 2018, 07:58am

Catégories : #poésie


Dans la nuit toscane

Le feu crépite

J’observe la course folle des étoiles

Impavides

Au ralenti d’une ruée universelle

Comme étourdi par ce temps

d’immobilité fulgurante

Senteur enivrante des champs de blé

Quand la rosée réveille les soupçons

Grillons et cigales symphonisent

Quand les moucherons vocalisent

Au milieu

Des plaines de l'Ennui, profondes et désertes

Soudain de derrière les buissons

Voûté mais tonique

Noctambule taciturne

Un homme râblé mais souple

Surgit d’ici d’ailleurs de nulle part du centre de la terre peut-être

Grommelle s’ébroue se râcle la gorge pose son bâton regarde le ciel maugrée de nouveau renifle fort scrute autour de lui s’approche du feu se frotte les mains des mains calleuses épaisses respire fort dégage une flasque de sa poche en boit une gorgée tend la main vers moi m’offrant un calumet alcoolisé rituel décisif je saisis bois tout en l’observant déchiffrer le destin dans les flammes il reprend sa flasque se ressert range son breuvage dans cette ample cape qui lui confère une silhouette intimidante et soudain plante ses yeux dans les miens pour la première fois depuis son arrivée immobile sans desserrer les mâchoires sans qu’une paupière ne bouge sans qu’un insecte se manifeste je ravale ma salive soutiens son regard puis il sourit détend les muscles du visage serre ma main ou plutôt broie mes os chaleureusement tout cela sans qu’un instant nos yeux se détachent

Il me salue dans sa langue

Repère à mon accent mes origines et me parle doucement de cette voix rauque usée par la solitude

Je suis berger je suis sarde je parle ta langue car j’écoute la radio toute la nuit et j’apprends ce que l’école aurait dû m’offrir si ses portes m’avaient été ouvertes je parle huit langues toutes apprises en écoutant la radio

mon gosier de métal parle toutes les langues

Inculte les premières décennies de son existence

Aujourd’hui érudit ne croise âme qui vive que deux fois trois fois l’an

Il pourrait m’éblouir de sa science des arbres

des herbes des cris d’animaux mais

rien de cela

après me dévisager

avec le souci de qui veut se souvenir

respire profondément comme

pour soulever une montgolfière et lentement

il me récite les Fleurs du mal

Trésor gagné au gré des tourmentes et cyclones

Sur les mers intérieures de son atlas toscan

L’oreille recueillant les ondes du poste

Comme les mains l’eau qui désaltère

Discrètes larmes de joie masquées par les fumerolles du brasier

Distraites envolées au firmament


 

le ciel est triste et beau comme un grand reposoir


 

Alors après un long silence

Partagé choisi et apaisé

Il se lève d’un bond de ses soixante ans alertes et libérés

Un bâton d’olivier en main droite aristocrate des champs

Me salue et repart comme il est apparu

 

Et me laisse en songes

Ephémère érudit

Ne sachant si j’étais victime de mirages

Ou bien collectionneur d’évidences

Au loin j’entends ses sifflets ses harangues qui se mêlent aux cloches des moutons

Et devine le peu de mots qu’il doit prodiguer durant des semaines


 

Alors poète inculte

Je cherche à redire ce que j’ai entendu

A confondre le poète tutélaire et le poète des collines

A fondre le voyageur immobile dans les pas de l’éclaireur de la nuit toscane

 

(…) Aimer et mourir au pays qui te ressemble


 

(…) Là, tout n'est qu'ordre et beauté,

Luxe, calme et volupté.


 


 

LAURENT MAINDON

 

 

Il se présente :

 

Laurent Maindon est metteur en scène et auteur par passion, fils de peintre en bâtiment et de caissière. Il a fondé et dirige à Nantes le Théâtre du Rictus, compagnie de théâtre conventionnée, depuis 1996 et défend tout particulièrement les écritures dramatiques contemporaines.

En tant qu’auteur, il a publié plusieurs ouvrages de poésie (dont récemment au Zaporogue Lettres intimes, Chroniques berlinoises, Soudain les saisons s’affolent, La Mélancolie des Carpathes qui formaient la tétralogie Les chemins du désir) et quelques nouvelles et récits (récemment La collection, Voivodina Tour, Par delà les collines…). Il collabore avec les Editions du Zaporogue, Leaky boot press et a publié également dans différentes revues (Le Zaporogue, Terre à ciel, Revue des Ressources, Ancrages.ca, Nagyvilag, Uj Forras).


 


 

Laurent Maindon - DR

Laurent Maindon - DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents