Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - JEAN-PIERRE BARS

Publié par Le Capital des Mots sur 7 Août 2018, 15:14pm

Catégories : #poésie

Un rendez-vous avec la terre

 

L' enfant écoute une poésie.

C'est une maîtresse d'école qui parle.

Il a neuf ans.

Il écoute.

Ne voit plus sa maîtresse.

La poésie lui parle.

Ce qui lui parle, est-ce la poésie, est-ce lui-même ?

Il ne sait pas, n'y pense pas, ne pense à rien,

il écoute et parle dans ce qu'il entend.

Il dit :"c'est ça que je veux être" .

Il le dit sans le dire, c'est lui.

Personne d'autre que lui ne l'entend.

C'est embêtant, ça ne veut rien dire et c'est pourquoi, longtemps,

il gardera ça pour lui. Il se taira.

C'est une parole pour soi.

Elle veillera longtemps.

Ça laissera dans l'embarras, les autres,

ils ne comprendront pas.

Ça laissera des traces. Mais c’'est comme ça.

D'autres ne diront rien.

Il n'y a rien à comprendre.

La poésie c’est comme ça.

 

 

 

 

 

L’enfant ne se différencie pas tant de ce qui l'entoure.

Le poète, des fois, non plus.

Et tout cela, c’est déjà là depuis combien de temps ?

On écrit pas avec le passé,

c’est l’enfance qui écrit,

celle qui fait grandir.

celle qui met debout, qui fait un corps.

C'est la vie qui devient quelqu'un, c'est quelqu'un qui dit "moi"

et ce moi se un fait chemin,

comme dans la poésie.

Ça n'a pas de frontière, c'est dans le monde,

c’est partout dans le monde,

dans les autres d'abord puis en nous.

Des fois, on ne sait plus.

On parle et puis l'on vient au monde avec les autres.

Alors elle s'approche.

Alors une parole monte.

Alors ton cœur l’entend

et tu la gardes comme si tu n'étais plus dans le temps.

 

 

 

 

 

L’enfant ne cesse de venir.

Il continue le monde.

Ce qu'il apporte est là dans la parole qui se fait corps,

qui se fait temps et se défait du temps,

qui se fait moi et se défait de soi.

 

Moi la parole

Je suis l'enfant fragile de tes mains

Je suis l'argile tendre sous ton pas

Je suis le bleu de l'horizon

                            Et je respire dans ta voix.

 

 

 

 

JEAN-PIERRE BARS

 

Il se présente :

 

Je suis né en 1958, à l’est de Paris dans une campagne de la Brie.L’école ne fut pas ma tasse de thé. Finalement après avoir cherché et pas vraiment trouvé, je suis devenu prof de collège en Suisse.

La poésie est une amie, une confidente, un horizon, un étrange et proche pays.Je publie en ligne et un peu sur papier depuis quelques années.

Jean- Pierre Bars - DR

Jean- Pierre Bars - DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents