Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - FANIE VINCENT

Publié par Le Capital des Mots sur 20 Mai 2018, 16:25pm

Catégories : #poèmes

LA NUIT

 

(A Léo FERRE)

 

 

 

C’est la lune dans le noir

Qui s’effile en croissant accessoire

Dans l’éclat métallique

D’une aube encore hypothétique
 

 

La nuit

C’est la fraîcheur qui s’affaire

En doigts de rosée éphémère

Dont le soleil en rayons

Efface les roses postillons.
 

 

La nuit

C’est le repos qui s’en va

L’insomnie au fil des draps

Et qui soudain rappelle

Fatiguée, l’aube nouvelle.

 

 

La nuit

C’est l’avenir qu’on emmène

En prairie de violettes,

La clairière en semaine

Le souci aux oubliettes.

 

 

C’est l’éclat troqué

Qui redore le monde

Avec des projets pailletés

En éternité de secondes

La nuit…la nuit…

 


***

 

 

TOI EMOI

 

 

(A Thierry Metz)

 

 

 

« Croiser ta voix c’est entendre, au loin un ruisseau.

C’est aller y chercher de l’eau, t’en donner.
Et seulement du bout des doigts, connaître la soif. » (Thierry Metz)

 

 

 

Croiser ton regard c’est plonger dans une mer étale

C’est partager l’écume soyeuse en rivage inabordé.

Et doucement flotter confiante, sans peur de l’eau.

 

 

Sentir tes mains dans l’intuition de mes courbes

Aux venelles sinueuses de ma chair assoiffée.

Et lentement accoster à l’intime de mon désir.

 

 

Tes lèvres : m’apprendre en chaque grain de peau

Les miennes : s’orienter en archipels de tendresse.
Lentement croît la violette au champ du possible.

 

 

Cueillir les rêves oubliés pour que l’été renaisse,

Au commencement d’une verte forêt défrichée.
En dévers d’un chemin, découvrir une clairière.

 

 

Voir un printemps de jeunesse l’automne arrivé,
Remettre à aujourd’hui tout improbable demain,

Inventer un langage où la minute se suspendrait.

 

 

Absente l’horloge du temps, ses tics tacs de fin

Musarder dans l’autre comme au sentier de soi.
S’interdire de trop penser pour vivre l’intensité.

 

 

 

 

 

 

 

 

***

 

PIERRE DE L’ABSENCE


 


 

Pierre de l’absence

émergence

d’un buisson ardent

brûlure de lèvres

en promesse d’au-revoir


 


 

L’attente

en vert printemps

au sang rouge

de la nuit


 


 

Des mots

éther sur la béance

de ma plaie


 

***

 

SEMAILLES


 


 

En bord de terre

en labour tracé

quelques graines

d’amour      semées


 

puis le soleil pour mûrir

les épis que le vent cambre

jusqu’à moisson


 

gerbes conjointes

qui meulées au levain du désir

avec toi seront pain à partager

à nourrir de faim d’autres ventres


 

en clé des champs en clé de sol…


 

 

FANIE VINCENT

 

 

 

 

Elle se présente :

 

Fanie VINCENT, jumelle, voit le jour un 1er mai à Saint-Etienne. Tête dans les nuages, pieds en terre, une enfance entre ville de Loire et campagne de Haute Loire. Les mots sillons, elle les aborde très tôt avec Rimbaud, Prévert, Apollinaire, Eluard, Aragon, Desnos… Ensuite, elle découvre une poésie plus contemporaine du Monde avec, notamment, les poètes d’Amérique Latine.

Très jeune, elle écrit des poèmes, perdus dans un déménagement, puis de brèves nouvelles, un genre qu’elle ne délaisse jamais, parfois avec un besoin impérieux de jouer avec les mots. L’animation d’ateliers d’écriture entre Loire et Rhône et de nombreuses lectures favorisent son attention à la créativité des autres. Parfois « écrivain public », elle enseigne aussi notre belle et complexe langue aux migrants, en région lyonnaise, dans une structure de la Croix- Rouge. Elle amorce une publication modeste avec les Editions Christian Domec dans « infinis paysages ». Depuis elle entame une mutation dans la forme, mais la lecture des poètes de talent la rend très humble vis-à-vis de ses écrits personnels !

« La poésie rend la vie sur terre plus belle, moins éphémère, moins misérable » dit Adonis, Fanie tente de dessiner sur les ombres de sa vie, des rayons d’émotions joyeuses.



 

Fanie Vincent - DR

Fanie Vincent - DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Pierre Bars 18/06/2018 18:47

lecture sensible oui sensualité forte et communicative....

Béatrice HOREL 20/05/2018 20:36

Très belle sensualité

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents