Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - YANNICK ILITO

Publié par Le Capital des Mots sur 27 Avril 2018, 13:26pm

Catégories : #poèmes

 

 

Il arrive qu’un rêve se glisse

dans la nuit – et gronde.

Des milliers de petits êtres habitent

l’espace intérieur de la tête.

Ils sont perplexes.

L’espace est illimité.

Ils rejettent au-dehors.

Alors souvent j’oublie.

 

Le vent électrisant de la conscience ravine.

Creuse creuse creuse.

Une clarté s’élève.

 

Parfois, des images traversent

le clair-obscur de ma conscience.

Souvent, la nuit, je ne rêve pas.

Je dors seulement.

 

***

 

 

Si j’avais un ami,

heure et espace -

les contraintes

se verraient dissoudre,

par volonté.

 

À gorge déployée,-

se feraient une rigolade.

Et un peu de gaieté,

de laisser-aller,

franchement,

sans réticences.

 

Un ami est aussi une amie.

Je pourrais aussi en tomber amoureux.

Ce ne serait pas grave.

Amitié est aussi Amour.

 

Si j’avais un ami,

même passé, je me dirais :

parce que c’est toi,

parce que c’est moi.

 

Si j’avais un ami,

le corps ne serait plus un obstacle,-

ni l’âme d’ailleurs -

Toujours cette main qui tend vers toi.

 

Ensemble on gravirait le Fuji -

Moi te poussant,

toi me tirant vers -

pléthore de vues

devant nous,

nous deux nimbés.

 

Le ciel éthéré

s’élargirait -

loin -

derrière -

à l’avant -

 

Si j’avais un ami,

rien qu’une fine percale entre nous,-

seul - je ne serais plus -

 

Les forêts respireraient

une autre humeur de silence.

 

Si j’avais un ami.

 

 

YANNICK ILITO

 


Il se présente :

Je mappelle Yannick Ilito et je suis originaire de la République Démocratique du Congo; anciennement Zaïre. Diplômé des Beaux-Arts de Bruxelles, en dessin, et auparavant passé par l’Économie et les Sciences politiques à l’Université Libre de Bruxelles. 

 

Grand lecteur je suis d’abord avant de me considérer poète.

Ma première rencontre avec la poésie sest faite avec les Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke. Aujourdhui ces missives maccompagnent. Mais mon grand déclencheur fut un autre poète. La lecture dHenri Michaux ma persuadé de ne pas faire un doctorat en arts et science de l'art sur Henri Michaux. Non c’était donc.

Je me suis dit : Pourquoi ne pas me faire poète ? 

 

Pourquoi ne pas libérer cette parole en moi qui se terre ? 

 

Dans ce cheminement vers la Parole poétique d’autres auteurs  m’accompagnent : Emily Dickinson mapprend à laisser exprimer mon intériorité; Thomas Tranströmer mapprend à me saisir de mon quotidien; Bashō m’apprend à être concis, à écrire simplement ce que je vois, ce que je fais, ce que jentend, ce que je pense, ce que je lis, ce que je ressens, Sarah Kane mapprend, m’apprend (que m’apprend t-elle au juste ?)et dautres encoreCes sont mes Maîtres et Maîtresses. 

 

 

Site : https://yannickilito.wordpress.com/

Yannick Ilito - DR

Yannick Ilito - DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Joëlle Pétillot 30/04/2018 17:51

J'ai beaucoup aimé ce que j'ai lu. J'ai pensé à Dickinson avant de lire votre présentation. J'aime la façon aussi, dont vous parlez de vous, mais ce sont les poèmes qui m'ont le plus accrochée.

Béatrice HOREL 27/04/2018 18:51

J'aime avant tout votre présentation. J'y sens une fibre que confirme vos poèmes.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents