Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - RAPHAËL ROUXEVILLE

Publié par Le Capital des Mots sur 9 Mars 2018, 23:00pm

Catégories : #poésie

à Jacques Prévert
aux écoles et aux collèges Jacques Prévert

aux cons
à moi

à la jolie maison d’Omonville-la-Petite
à son joli cimetière

Kermesse

On a écrit un poème un peu con-con
pour le réciter pendant la kermesse
On a fait un inventaire à la Prévert
Dans l'école qui porte son nom
Un truc très droit-de-l’hommiste
Avec "on" partout, le pronom con

On a vu sur l’ordi
que Jacques était un type bien
qu'il fumait trop, tout le temps
Sans doute il faisait des poèmes
pour s’acheter du tabac

Aussi
on a peint les deux grands murs du préau
tout en blanc
Madame le Maire qui a acheté la peinture
“aurait bien souhaité” qu'on écrive
dessus en bariolé
Liberté, Egalité, Fraternité

On a gardé le bariolé
pris les pots de couleurs
tout en haut de l'étagère
sur un tabouret en formica
et sur la pointe des pieds

On a préféré dessiner trop cool
un renard, un crotale et une poule
comme ça, avec Jérém
qui est trop beau avec ses dreads du Centre social


On a dessiné un renard, une poule et un crotale
parce qu'on est tout à fait libres
qu'on est tout à fait différents
et tout à fait ensemble
qu’on aime se manquer de respect
et qu'on le sait très bien

On a lavé dans la classe de Maîtresse
les vomissures, les crachats, les chewing-gums
sur les portraits d'Hugo, de Voltaire et de Diderot
On savait pas qui c'était
Maîtresse trouvait ça important

On a fait du théâtre parce que
Maîtresse a fini par marmonner moui
sans la regarder
à madame le Maire
qui “aurait bien souhaité” encore
qu’on “mette en scène la République"
parce qu’elle avait acheté la peinture
et que le journaliste viendrait pour la photo

Alors on a fait Marianne, Louise Michel, Jean Moulin
qui était pédé et plein d'autres

On n'a pas pris le fauteuil en velours de Maîtresse
qui sentait la grand-mère
avec des accoudoirs démanchés
pour asseoir Marianne

On a pris le tabouret encore plein de couleurs
Avec les empreintes de tous nos doigts
On n’a pas dit ta reum, on n’a pas beaucoup dit relou
Mais on a trop dit j’avoue d’après Maîtresse
J’avoue

On a fait ce qu'on a pu

Sur le second mur blanc du préau
On n'a rien fait parce que
c'était les vacances

Quand on lui a demandé ce qu’elle dessinerait dessus
Maîtresse qui aime beaucoup Prévert a marmonné
en nous regardant avec ses yeux qui sourient un peu rose
qu'elle écrirait bien
On a trouvé ça bizarre
Elle qui ne dit jamais de gros mots


Michel Houellebecq est un con

Et elle a souri avec sa bouche
Et on était en vacances.


 

 

RAPHAËL ROUXEVILLE

Il se présente :

 

Les poèmes de Raphaël Rouxeville ont récemment été publiés en revue par Le Capital des Mots, Terre à Ciel, Lichen et Décharge.

Raphaël Rouxeville - DR

Raphaël Rouxeville - DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents