Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - IVAN POZZONI

Publié par Le Capital des Mots sur 4 Février 2018, 19:59pm

Catégories : #poèmes

 

Mangiano voci

 

se hanno carta bianca, i nuovi scrittori che cantano senza Musa

emulerebbero Géricault nella sua zattera della Medusa.

 

L’arte italiana è diventata un assalto al forno,

sbocciano versi a «cazzo» che neanche i membri di un film porno,

anche nel Poetryweb l’attore si confonde con il montatore,

rigurgitando testi tanto anacronistici da andare in copertina su Le Ore.

 

La democrazia lirica non deve essere una lirica da due lire,

indispensabile è studiare e non è vietato severamente approfondire

oramai tutti improvvisano, protesizzatisi con un bloc-notes,

come se invece che far cultura doves sero iscriversi a Tú sí que vales.

 

Per la scrittura sul www dovremmo mettere un test d’ingresso,

vietato toccare la tastiera sotto minaccia di sollecito decesso,

non occorre all’arte tardomoderna, Lucini docet, attempiarsi rivoltelle,

la malattia incurabile d’inizio secolo si chiama Adsl.

 

 

Ils mangent des voix 

 

 

s’ils ont du papier blanc, les nouveaux écrivains qui chantent sans Muse, 

rivaliseraient avec Géricault dans son radeau de la Méduse .

 

L’art italien est devenu un assaut à la marmite, 

épanoui au « bordel » plus que les membres d’un film porno, 

ainsi dans le Poetryweb l’acteur se confond-il avec un étalon

regorgeant de textes très anachroniques bons pour la petite couverture de Le Ore.

 

La démocratie lyrique ne doit pas être une lyrique à deux balles,

il est indispensable d’étudier et il n’est pas interdit d’approfondir, 

tous maintenant sévèrement improvisent, appareillés d’un bloc-notes, 

comme si plutôt que de s’occuper de culture ils devaient s’inscrire à Tú sí que vales.

 

Pour l’écriture sur le www nous devrions mettre un test d’entrée, 

interdit de toucher au clavier sous peine de mort subite, 

ne convient pas à l’art tardif moderne, Lucini l’enseigne, son revolver sur la tempe, 

la maladie incurable de début du siècle s’appelle Adsl.

 

***

 

ACUFENE

 

La vocazione è una crociata trans-inurbana

e, tu, ‘ndo vai, se non c’hai manco la banana,

il segreto del successo è un digrigno di mascelle,

a forza di tirar Polvere di stelle.

 

Non riesci a sentir le voci dal mondo

in un campo disturbato da rumori di sfondo,

finendo, come un kulak, tra falce ed incudine

virtuale come Macondo in Cent’anni di solitudine.

 

Cammini, transumante, sentendoti inadeguato

dirimendo inferni come un diavolo bisolfurato,

sui carboni ardenti dell’attuale sociodramma

conscio di esser la falena, e non la fiamma.

 

Forse, alla fine, ti troverà un valore, Dio, un’idea,

Cervantes nella selva tra Chisciotte e Dulcinea,

strappandoti da un’esistenza taciturna

in modo da sentir gioia nell’urna.

 

 

ACOUPHÈNE

 

La vocation est un croisement trans-urbain

et, toi, où tu vas, si tu n’as même pas la banane,

le secret du succès est un grincement de mâchoires

à force de soulever de la Poussière d’étoiles.

 

Tu ne parviens pas à entendre les voix du monde

dans un champ dérangé par les bruits de fond,

finissant, comme un koulak, entre faux et enclume

virtuelle, comme Macondo dans Cent ans de solitude.

 

Chemins, transhumance, te sentant inadéquat,

dirimant les enfers comme un diable bisulfureux,

sur les charbons ardents du sociodrame

conscient d’être phalène et pas flamme.

 

Peut-être qu’à la fin, il te viendra une valeur, Dieu, une idée,

Cervantès dans la forêt entre Chisciotte et Dulcinée,

pour t’arracher d’une existence taciturne

de façon à ressentir de la joie dans l’urne.

 

 

***

 

 

L’ANTI-«PROMESSA» D’AMARE

 

Da anti-«poeta», vittima della mia anti-«poesia»

non sarei in grado di dedicarti che un’anti-«promessa» d’amore,

la mia anti-«promessa» d’amore avrebbe i tratti d’una sinestesia,

la durezza staliniana dell’acciaio e la dolcezza del colore,

la finezza dell’amicizia e la consistenza dell’amore,

i tuoi occhi, candidi, mi tramutano in cinico malato d’idrofobia,

e contro la rabbia – monamour- non esiste dottore.

 

Anti-«promessa» d’amore da leggere davanti all’ufficiale di stato civile,

come riuscire a convincere un mondo tecno-triviale

che ti ho amata dal Giugno del 1976, forse, addirittura, da Aprile,

io ero un embrione e tu, ancora, eri immersa nell’aurora boreale,

saresti stata sei anni un angelo, un fantasma, l’inessenza di un frattale,

senza fare una piega a attenderti, sei anni, trentasei anni, senza niente da dire,

i contemporanei montoni di Panurgo mi condannerebbero al silenzio totale.

 

Sei la mia anti-«promessa» d’amore e, magari, il concetto ti suona insensibile

ti osservo dormire, serena, come una briciola adagiata in un tostapane,

il mio amore – mi spogli dal ruolo di «guastatore»- è abissale come un sommergibile,

condannato a disseminar siluri sotto (mentita) spoglia di pesci-cane.

 

 

 

L’ ANTI- PROMESSE  D’AIMER

 

Anti-poète , victime de mon anti-poésie,

je ne serais bon qu’à te dédier une anti-promesse d’amour,

mon anti-promesse d’amour aurait les traits d’une synesthésie,

la dureté stalinienne de l’acier et la douceur de la couleur,

la finesse de l’amitié et la consistance de l’amour,

tes yeux, blancs, me transforment en cynique malade d’hydrophobie,

et contre la rage, mon amour – point de docteur.

 

Anti-promesse d’amour à lire devant un officier d’état civil,

comme pour réussir à convaincre un monde techno-trivial,

moi qui t’ai aimée depuis le mois de Juin 1976, peut-être, en vérité,

depuis Avril, j’étais un embryon et toi, une ancre plongée dans une aurore boréale,

tu aurais été six ans ange, fantôme, l’inessentiel d’une fractale,

sans faire un pli à t’attendre, six ans, trente-six ans, sans rien à dire,

les contemporains moutons de Panurge me condamneraient au silence total.

 

Tu es mon anti-promesse d’amour et, l’idée te semble peut-être imperceptible,

je t’observe en train de dormir, sereine, comme une miette abandonnée dans un grille-pain, mon amour je suis dépouillé du rôle de “sapeur” - il est abyssal comme un sous-marin, condamné à laisser la torpille en-dessous, fausse, sous l’apparence d’un poisson-chien.

 

 

***

LA BALLATA DI VILLON

 

La morte ha i tuoi occhi colorati d’estate

balla con l’impiccato e indossa teste decapitate,

racconta ai suicidi le sue storie d’inverno,

che la lacrima di un suicida riesca a spegnere l’inferno.

 

La morte raccoglie fiori dalle ossa consumate

dalla fuga dei cervelli e dalle orbite bucate,

pianta fiori di ninfea nello stomaco dell’annegato,

è mignotta, fragile, d’addio al celibato.

 

La morte si sposa col cadavere dell’ustionato

rimane unica forza fuori dalla logica di mercato,

abbraccia l’iper-capitalista, l’anarchico, l’indifferente,

senza mai accorgersi di non servire a niente.

 

Strilliamo la vita e aboliamo la morte

tentarono in tanti, col sostegno dell’arte,

distratti da ricchi omaggi e cotillón,

aboliamo la morte e cantiamo Villon.

 

 

 

LA BALLADE DE VILLON

 

La mort a tes yeux d’été colorés

elle danse avec le pendu, endosse les têtes décapitées,

elle raconte au suicide ses histoires d’hiver,

que la larme d’un suicidé peut éteindre l’enfer.

 

La mort cueille des fleurs sur les os usés

sur la fuite des cerveaux et les orbites trouées,

pleure des fleurs de nymphéa dans l’estomac du noyé,

elle, salope, fragile, adieu au célibat.

 

La mort épouse le cadavre du brûlé,

reste la force unique hors de la logique du marché,

enlace l’hyper-capitaliste, l’anarchiste, l’indifférent,

sans jamais s’apercevoir qu’elle ne sert à rien.

 

On crie la vie, on abolit la mort,

ils le tentèrent en nombre avec le soutien de l’art,

distraits par de riches cotillons et hommages,

on abolit la mort et chante Villon.

 

 

Traduit de l'italien par Pierre Lamarque.

 

 

 

 

 IVAN POZZONI

 

 

 

 

Il se présente :

 

(Ivan Pozzoni)

 

               Ivan Pozzoni è nato a Monza nel 1976. Ha diffuso molti articoli dedicati a filosofi italiani dell’Ottocento e del Novecento, e diversi contributi su etica e teoria del diritto del mondo antico; collabora con numerose riviste italiane e internazionali. Tra 2007 e 2017 sono uscite varie sue raccolte di versi: Underground e Riserva Indiana, con A&B Editrice, Versi Introversi, Androgini, Mostri, Galata morente, Carmina non dant damen, Scarti di magazzino, Qui gli austriaci sono più severi dei Borboni e Cherchez la troika con Limina Mentis, Lame da rasoi, con Joker, Il guastatore, con Cleup, Patroclo non deve morire, con deComporre Edizioni; tra 2009 e 2016 ha curato una trentina di antologie di versi. Tra 2008 e 2016 ha curato cinquanta volumi collettivi di materia storiografico filosofica e letteraria; tra il 2009 e il 2016 sono usciti i suoi: Il pragmatismo analitico italiano di Mario Calderoni (IF Press), L’ontologia civica di Eraclito d’Efeso (Limina Mentis), Grecità marginale e suggestioni etico/giuridiche: i Presocratici (IF Press), Libertà in frammenti. La svolta di Benedetto Croce in Etica e politica (deComporre) e Il pragmatismo analitico italiano di Giovanni Vailati (Limina Mentis). È con-direttore, insieme ad Ambra Simeone, de Il Guastatore – Quaderni «neon»-avanguardisti; è direttore de L’Arrivista; è direttore esecutivo della rivista internazionale Información Filosófica; è, o è stato, direttore delle collane Esprit (Limina Mentis), Nidaba (Gilgamesh Edizioni) e Fuzzy (deComporre Edizioni).

 

 

Ivan Pozzoni est né à Monza en  1976. Il a écrit beaucoup d'articles dédiés à des  philosophes italiens des XVIII et XIX è siècles et différentes contributions sur l' éthique et la  théorie du droit du monde ancien ; il collabore avec de  nombreuses revues italiennes et internationales.  Entre 2007 et 2017 il a publié quelques recueils : Underground et Réserve Indienne aux éditions A&B,  Vers Introvertis, Androgynes, Monstres, Galata mourant, Carmina pas dant damen, Déchets de magasin, Ici les Autrichiens sont plus sévères que les Borboni et Cherchez le troïka ( Limina Mentis) , Lames de rasoirs ( Joker) , Le sapeur (Cleup), Patroclo ne doit pas mourir (de-Comporre Edizioni) ; entre 2009 et 2016 il a publié dans une trentaine d'anthologies poétiques. Entre 2008 et 2016 il a publié dans cinquante ouvrages  collectifs historiques, philosophiques et littéraires ; entre  2009 et  2016 il a publié des essais : Le pragmatisme analytique italien de Mario Calderoni (IF Press), L'ontologie civique d'Eraclito d'Efeso (Limina Mentis), Grecité marginal et suggestionnes etique/iuridique: les Presocratici (IF Press), Liberté en fragments. Le virage de Benedetto Croce en Éthique et politique (de-Comporre Edizioni) et Le pragmatisme analytique italien de Giovanni Vailati (Limina Mentis). Il co-dirige avec Ambre Simeone, la revue Le Sapeur - Cahiers «neon»-avant-gardiste; il est  le directeur de L'arriviste; il est directeur exécutif du magazine international Información Filosófica; il a été, directeur de la collection  Esprit (Limina Mentis), Nidaba (Gilgamesh Éditions) et Fuzzy (de-Comporre Edizioni).

( J'ai traduit en français avec l'auteur, la notice italienne, dites-moi si c'est ok ).

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents