Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - CATHERINE ANDRIEU

Publié par Le Capital des Mots sur 24 Février 2018, 08:10am

Catégories : #récits

Roulent les galets sous mes pieds menus dans le petit ruisseau, tandis que je coiffe mes longs cheveux azur avec un peigne en or. Rouky, mon petit chat, joue avec l’eau fraîche quand il ne la lape pas. Ce qu’il aime par-dessus tout, ce sont les oiseaux des Grottes Cathédrales, sous la cascade.. Les oiseaux aquatiques. Parfois il en attrape un et tout le sang se répand dans la grotte, coule avec la cascade. Alors, seulement, j’ai mes menstrues. Dans l’eau, mon portrait flottant, flou, zébré. Je n’ai jamais bien su à quoi je ressemblais. Mon petit chat, quant à lui, n’a pas de reflet, c’est un peu étrange…  Je regarde l’eau fuir comme serpent et je pense au Petit Prince et à son renard. L’heure est à la séparation d’avec le petit chat. Là où je vais tu ne peux pas me suivre, mon amour, et j’ai si mal… Baignée par les eaux du Styx, fleuve de l’oubli. Il me faut choisir sous quelle forme je reviendrai, avant de l’oublier. Je crie : » Pas d’enfance, je vous en supplie, je ne veux pas d’enfance ! », et enfant je le suis. Je suis sur un lac gelé. Mon petit chat est sous la glace, il a développé des branchies et me regarde par en-dessous. J’ai mal comme jamais, c’est mon bébé, laissez-le-moi, comment me préparer à la métempsychose, si vous me l’enlevez.

 Bien pauvre est la Naïade qui a pour seul ami un poisson-chat.

 Bien pauvre est la Sirène aux poignets tranchés dans sa baignoire…

 

 

 

Extrait de "Très au-delà de l'irréel" (Editions Rafael de Surtis, 2018 )

 

 

 

 
 
CATHERINE ANDRIEU
 
 
Elle se présente :
 

Catherine Andrieu est née à Metz en 1978.

Après avoir étudié puis enseigné la philosophie à Aix-en-Provence, elle est devenue artiste-peintre à Paris, poète et écrivain. Elle est l’auteur d’un essai philosophique De l’éternité du mode fini dans l’Ethique de Spinoza – « Le Chien Constellation céleste et le chien animal aboyant » (L’Harmattan, 2009). Elle a exposé à plusieurs reprises (sous le pseudonyme de Catleen) ses peintures et ses dessins sur photographie, à Paris et dans les Ardennes. Elle a publié certains de ses poèmes dans diverses revues de poésie (Soleils et cendre, Traversées, les cahiers du sens, Comme en poésie, Incognita, N4728, Point Barre, etc…).

Un premier recueil est paru en 2010 (Le Petit Pavé), Poèmes de la Mémoire oraculaire (2010), puis un second , Nouvelles lunes précédé de Chaosmose (Petit Pavé, 2013), enfin, un troisième : Seuls les oiseaux sont libres, toujours au Petit Pavé, en 2016.

Elle publie,depuis peu,  des récits poétiques : "Ce monde m'étonne" ( Rafael de Surtis, 2017) , "J'avais bien dit Van Gogh" ( Rafael de Surtis, 2017) et " Très au-delà de l'irréel" ( Rafael de Surtis, 2018). http://www.rafaeldesurtis.fr/

 

Elle possède un site qui présente ses diverses créations : http://www.catherineandrieu.fr/

Très au-delà de l'irréel. Catherine Andrieu. Editions Rafael de Surtis, 2018.  - DR

Très au-delà de l'irréel. Catherine Andrieu. Editions Rafael de Surtis, 2018. - DR

Très au-delà de l'irréel. Catherine Andrieu. Editions Rafael de Surtis, 2018.  - DR

Très au-delà de l'irréel. Catherine Andrieu. Editions Rafael de Surtis, 2018. - DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Raphaël Rouxeville 24/02/2018 12:23

On se dit, c'est charmant puis on est charmé. Walt Disney et Baltus marchent main dans la main. Trouble. Troublant. Beau. Merci Catherine !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents