Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - GABRIEL MEUNIER

Publié par Le Capital des Mots sur 25 Novembre 2017, 16:59pm

Catégories : #poésie, #photos

Sueur des hommes, souffrance des femmes

LE CAPITAL DES MOTS - GABRIEL MEUNIER

Mais enfin, Thérèse ! Depuis le temps que je vous dis qu'il n'y a pas de sot métier !

Ainsi madame Du Tremblay reprit-elle  la bonne qui maugréait.

Elle avait tort, tort de repasser les chemises en tergal de monsieur Du Tremblay.

Il n'y a pas de sot métier, que de sottes gens !

Comment ne pas mieux réussir à éloigner de futures tempêtes révolutionnaires ?

 

Sueur des hommes

Souffrance des femmes

Si l'on en croit les gens de la haute

Adam chassé du paradis

Devrait gagner son pain à la sueur de son front

 

Marie Antoinette ajouta S'ils n'ont pas de pain

Qu'ils mangent de la brioche !

Chacun chez soi, c'est le fond qui manque le moins...

En fabriquant des brioches vous rencontrerez des meuniers, des boulangères...

Et qui sait, vous pourrez faire plein de petits gâteaux !

 

De l'autre côté du miroir

Sans-travail paresseux, noctambules fêtards, promeneurs voleurs de poules

Tous imbéciles brigands qui n'écoutent pas leur devoir

Devoir de réserve devoir à la maison devoir de servir...

La cour en est pleine, n'en jetez plus je vais devoir aller à la décharge !

 

A-t-il existé ce temps béni

Où l'artisan, le paysan à partir de « matières premières »

Sur l'établi, aux champs, creusait semait polissait ajustait récoltait

Du matin au soir pas de vacances les dimanches c'est pour les autres.

Comprenait-il le sens de ses gestes ?

 

Transatlantiques tunnels centrales nucléaires Tour de Babel

Grands et nobles chantier font marcher à la baguette les manants

Rêver jeunes ou vieux, petites gens

Conquête du monde grandeurs du pays

Baïonnettes lance flammes contrats d'armements, pas de sot métier.

 

Elle perçait des boutons

1892 boutons par jour

Elle faisait les lits après le départ des clients

45 chambres entre 10 et treize heures

4 minutes par chambre

 

Il n'y a pas de sot métier, que de sottes gens

(Ceux qui ne font même pas leur lit, bien sûr !)

 

 

 GABRIEL MEUNIER

 

Il se présente :

Enseignant retraité, photographe auteur aujourd'hui.

Illustration d'ouvrages, collection de cartes postales "Hémisphères", affiches et plaquettes pour l'artisanat et le tourisme. Si certains sont « tombés dans le révélateur » à leur naissance, d’autres ont reçu un appareil numérique pour la fête des pères. Suis-je un hybride ? Efficacité, logique (site d'éducation à l'environnement Images-4D.org) mais aussi vécu et sentiment (www.galerimaginaire.org).

 

 

 

Texte et photo : © Gabriel Meunier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents