Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - PASCAL UCCELLI

Publié par Le Capital des Mots sur 28 Octobre 2017, 08:00am

Catégories : #poèmes, #photos

Laissons le shoot terreauter le beau gâchis

 

Je ne suis pas un beau gosse.

Je suis un beau gâchis.

Je n’ai pas le muscle loquace,

l’abdomen béat, le mollet liant…

les bancs de musculation : hi-han, hi-han,

c’est éloigné du cri des ânes que

mon fiasco frouille fructueux.

Je suis blanchâtre, l’érection plutôt

glauque, je ne suis jamais à l’heure.

Quelques parieurs ont misé sur mon grabuge

et mes tiers-mondes,

laissons le shoot terreauter le beau gâchis.

 

***

 

 

Fin août

 

Inventorier les invendus, à l’insu de ses faillites ?

Déconseiller le sang quand il s’endette, c’est

agender son tracé, catastropher la pourriture.

Tu as fermé, tu avais les clés. Je n’étais

que l’hébergé, l’éboueur ébouillanté.

Tu m’as réduit à un tousseur de gringue, un tapis-brosse

où viennent s’essuyer les pieds-plats,

convaincus du boisement boiteux de leur chausseur.

Ma « Vierge rouge », j’ai « brisé ma longe » fin août,

dans une phrase où le vomi n’était pas court-vêtu.

 

***

 

 

Le fusil de chasse et le sang du boit-sans-soif

 

J'ai commencé à boire il y a une heure...

ce goût, ce virus, cette honte laborieuse.

Je ne me crois plus, j’encule le décorum, je me

détruis, loin des médecins, des protocoles,

je suis aussi moins résistant, tous ces chantiers,

j’ai trop vomi, trop déliré,

les rats essaient encore de se convaincre de l’injustice de cet impôt qui me décime,

et je dois t'être présent, fécondant, divertissant,

alors que je ne suis qu'un djobeur dolent,

cinglant vers l’agassin où m'attend le fusil

de chasse et le sang du boit-sans-soif.

 

 

 

Extraits de « l’écriture sans calmants… Poésie Body Bags »

 

 

PASCAL UCCELLI

 

Il se présente :

 

 

Je suis Poète – Performeur. « l’écriture sans calmants… Poésie Body Bags » est mon œuvre poétique.

 

 

« Notice bio-bibliographique » :

 

Préfacée par Ben Vautier en 1991, illustrée par Hervé Di Rosa un des fondateurs de la « Figuration Libre », ma poésie « Body Bags » est un bouillonnement constant.

 

Je n’ai jamais cessé d’écrire, d’engager le combat. Jamais cessé de vendre ma poésie sans calmants sur la voie publique, à « la sauvette » pour ne jamais oublier le vif du sujet, et le rappeler à tous ceux qui oublient notre bien commun : la rue et son quotidien.

 

Jamais cessé de remonter les flux. Ici, en France, à Marseille, où je suis depuis quelques mois « VDP » (Visiteur de Prison au centre pénitentiaire des « Baumettes »), je vais y animer prochainement un atelier « d’art populaire » (08 Novembre 2017) / « Défonce ta Rame » en binôme avec Philippe Courty / Artiste Graffeur Rouennais.

 

En Espagne, à Valencia, ville dans laquelle j’ai ouvert et tenu pendant presque trois ans un Café Théâtre : « El Tintero », espace dédié à la culture « underground », à la peinture, la musique, la poésie.

 

Je soutiens depuis quelques mois, l'association Marseillaise, d'urgence sociale. « On se gèle dehors ».

 

J’ai autoproduit il y a peu mon premier « EP », dans lequel l’artiste Espagnol Javier Corcobado a mis en musique un de mes poèmes.

 

Je travaille en ce moment sur mon nouvel Album. Le teaser officiel est en ligne.

 

Site internet : www.pascaluccelli.com - https://pascaluccelli.com/2017/08/06/ta-soiree-perdue/

Pascal Uccelli.  © Fernando Ibañez – Valencia – Espagne 2015. -  DR

Pascal Uccelli. © Fernando Ibañez – Valencia – Espagne 2015. - DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents