Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

La musique de Bach tournoie comme un oiseau

Dans la joie enfantine de la tonalité

Retrouvée en ce matin d'automne grisâtre

Limpide et sans lendemain sur lequel

Un vieux pays d'Allemagne déploie son aile

De chant luthérien dans la stridence des clartés

La soudaine évidence où l'âme ne cherche plus

L'innocence perdue, l'impossible pardon,

Quand pérorent les enfants sortis du bain

Et que le chien s'ébroue sur le perron... Ô

Qui de vous reconnaîtra, entre le doux prénom

D'Anna Magdalena et l'ange de Silésius,

Ces étés à venir que fit naître un ciel de brume ?

 

 

***

 

 

 

 

Qui parle seul dans la pénombre, et qui l’écoute ?

D’où vient ce murmure étrange, et ce chant pour personne ?

 

Ce ressassement grave aux lisières de l'humain,

De vieux violoncelle qui marmonne dans sa barbe,

 

Est-il déjà parole, est-il encore silence?

 

Lui qu'on a oublié là, dans son coin, avec

Son tremblement sourd et sa plainte, à peine une voix...

 

D'où vient cette peine qu'il porte en lui

Pour s’éteindre, cette chose qui ne tient qu'à une

 

Corde, et qui pourtant brille au-dehors, mais de très loin,

Comme une étoile après sa mort, guidée par le vide?

 

Quelqu’un s’avance vers la phrase, au seuil du dicible.

Tout commence et s'achève, l'univers vacille.

 

 

 

***

 

 

 

Dans l'énigme d'un intérieur brandebourgeois,

La profondeur se découvre un langage baroque

Au dallage noir et blanc fuyant vers les miroirs

Où la musique met ses plus belles parures.

On n'avait pas encore inventé la solitude.

Les bijoux éphémères de la jeune servante

Ornaient discrètement la joie du contrepoint

De son amour profane.

La domesticité faisait éclore un sens

Inexploré au cœur de la lumière

Vagabonde, un vieux rayon de soleil s'attardant

Aux meubles du séjour et sur la rampe, au fond,

De l'escalier qui monte vers le dernier accord.

 

 

 

 

***

 

 

 

© Miguel Coelho

© Miguel Coelho

MIGUEL COELHO 

 

 

 

Miguel Coelho est né en 1973. Il vit actuellement à Paris, et enseigne la philosophie. Certains de ses poèmes ont été publiés par les revues Paysages écrits (numéro 17-18, juillet-août 2013), Les tas de mots (numéro 15, 2014), Le capital des mots (avril 2014, octobre 2017), Nouveaux délits (décembre 2014), Traversées (numéro 75, mars 2015), Recours au poème (mars 2016).

 

Miguel Coelho est également pianiste improvisateur.

Site : https://www.miguelcoelho-musiqueetpoesie.com/

 

 

Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :