Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

18 septembre 2013, métro 14

Hey, les fourmis ! Calmez-vous. Bousculez pas.

Pas de place ici pour vos futures petites fourmis. Ne vous précipitez plus, vous y arriverez dans votre fourmilière.

Je franchis alors les portes d'un nouveau labyrinthe. Empli de savoirs. Mais aussi de portes, de couloirs, de recoins, de détours.

Moi, fourmi numéro 80 560, moi, future porteuse de mon propre esprit, je découvre l'horrible secret de la vie. L'horrible réalité d'une fourmilière géante, d'un amas de travail, d'objets, de culture mais aussi de supercherie et de manipulation. J'apprends que nous sommes tous mortels.

 

25 septembre 2016

Ce n'est pas que je me sois fait agresser. C'est pas ça. C'est le monde qui m'agresse. Pas une vraie agression, tu sais, avec couteau, coup de poings et insultes. Non. Juste la réalité qui te frappe sur l'épaule, tu te retournes et elle te gifle. Un SDF, deux SDF, trois SDF. Je les compte et le soleil m'échappe.

 
 
Sans date

Bocal de verre posé sur des rails. Conserve de sardines aux heures de pointe. Cloisons oppressantes et énervantes. La sonnerie retentit, joue collée à la porte vitrée, riches et pauvres mélangés, pas de chichis, personne ne rit. Promiscuité permettant les fantasmes des plus pervers et l'angoisse des plus solitaires. Une main baladeuse crée un mouvement de foule, des cris, des plaintes, insultes, gifle. Regards réprobateurs aux écouteurs trop forts, soupirs contre ceux qui s’obstinent à lire. Les pages du livre frottent le dos du grand baraqué levé du mauvais pied. La plus âgée râle pour une place assise, la règle est la même pour tous : quand il y a du monde on se lève, madame. Il y a des lois partout, même dans le bocal de verre, le serpent déambulant à travers la ville. Sous la terre. Quand par chance une station est extérieure, respiration de soulagement. La vie reprend. Arrêt permettant un changement et la boîte se vide. On s'assoit, serein. Elle se remplit de nouveau. On se lève. Mouvement perpétuel de bas en haut, de haut en bas, espérant que cela cesse. Mais non. Il faudra attendre le terminus. Point final où il faut secouer ceux qui ont réussi à trouver le sommeil laissant un filet de bave sur la vitre. Métro.

 

 

CORALIE MENNELLA

 

 

Elle se présente :

 

Née le 4 février 1994

 

 

2013 : Obtention du Bac Littéraire option théâtre mention AB

 

2013 2014 : L1 Lettres & Arts, université Paris Diderot

 

2013 2016 : formation théâtre en tant qu'auteure, comédienne et metteur en scène au Centre des Arts de la Scène (Paris Xvème)

 

2014 : écriture d'une pièce intitulée « Un petit retard »

2016 : - écriture d'une pièce intitulée « Des Astres de Femmes »

- écriture d'une pièce intitulée « Més Aventures » avec la compagnie Les Âmes Usées

- écriture de l'adaptation théâtrale du Traité sur la Tolérance de Voltaire.

 

De 2013 à aujourd'hui : écriture d'un recueil de textes intitulé (B)RIDES et pas encore publié.

Coralie Mennella - DR

Coralie Mennella - DR

Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0