Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ZOOLOGIES

 


 

 

No sé lo que te cuesta

encontrarle el sentido a un puercoespín

que lucha para hacerse monje

y vivir en un claustro románico

a resguardo de los depredadores.


 

**

Je ne sais pas ce qui te coûte

de trouver du sens à un porc-épic

qui lutte pour devenir moine

et vivre dans un cloître roman

à l’abri des prédateurs.


 

**


 

Las tortugas me caen bien:

me recuerdan

a un escribano que conocí en otra vida.

Sus gestos esmerados eran tiempo

e iluminaba el mundo con los callos de sus dedos


 

**


 


 


 


 

Les tortues me sont sympathiques:

elles me rappellent

un scripteur que je connus dans une autre vie.

Ses gestes soignés étaient du temps

et il enluminait le monde avec les cors de ses doigts.


 


 

**


 

Un caballo naranja

es una definición de lo que esperas.


 

**


 


 

Un cheval orange

est une définition de ce que tu attends.


 


 

**


 


 

Tengo el vigor de una anémona hoy

por lo que no puedo acercarme a ti

para envenenarte.


 


 

**


 


 

J’ai la vigueur d’une anémone aujourd’hui

et je ne peux pas m’approche de toi

pour t’empoisonner.


 


 

**


 


 

Con una sucesión de espasmos de ameba

quise ganarle la batalla a este minuto

pero olvidé recordarte

cómo funcionaba el microscopio.


 


 

**


 


 


 

Avec une succession de spasmes d’amibe

j’ai voulu

vaincre cette minute

mais j’ai oublié de te rappeler

comment fonctionnait le microscope.


 


 


 

**


 


 

Yo no sé si los erizos son sordos

y esa idea me impide dormir.


 


 

**


 


 

Je ne sais pas si les hérissons sont sourds

et cette idée m’empêche de dormir.


 


 


 

**


 


 

Mi vecina no sabe qué son los zopilotes.

No importa. Prefiero no explicárselo.

A ella ya le arrancarán los ojos

otras alimañas.


 

**


 


 

Ma voisine ne sait pas ce que sont les urubus.

Peu importe. Je préfère ne pas lui expliquer.

D’autres animaux nuisibles

lui arracheront bientôt les yeux.


 


 

**


 


 

Aunque no exista,

la lengua de los gusanos

también será ceniza

al final de este día

insoportable y tórrido.

Todo lo más, mañana.


 

**

Même si elle n’existe pas

la langue des vers de terre

sera aussi de la cendre

à la fin de ce jour

insupportable et torride.

Demain, tout au plus.


 


 

**


 


 

Dicen que el ruido de las termitas

que devoran con tesón y secreto

las vigas de una casa abandonada

es comparable con el que crean las pesadillas

al frotarse contra las almohadas.

Pero cualquier cosa

antes que este silencio.


 

**


 


 

On dit que le bruit des termites

qui dévorent avec une secrète ténacité

les poutres d’une maison abandonnée

est comparable à celui que créent les cauchemars

en se frottant contre les oreillers.

Mais n’importe quoi

plutôt que ce silence.


 


 

**


 


 

 

 

No desesperes.

Al fin y al cabo no lo hacen los pulpos

hasta que sienten el agua

hirviente de la cazuela.


 


 

**


 


 

Ne désespère pas.

En fin de compte les poulpes ne le font pas

tant qu’ils ne sentent pas l’eau

bouillante de la casserole.


 


 

**


 


 

Tras cortar el césped

siento que algún insecto me mordisquea la nuca.

La piedad de San Francisco de Asís

nunca fue lo mío.


 


 

**


 


 

Après avoir tondu la pelouse

je sens qu’un insecte quelconque me mordille la nuque.

La piété de Saint François d’Assise

n’a jamais été mon fort.


 


 

**


 

Cuando en una escuela

los niños de una clase diseccionan quince ranas

las charcas ni se resecan ni lloran.


 


 

**


 

Quand dans une école

les enfants d’une classe dissèquent quinze grenouilles

les mares ne se dessèchent ni ne pleurent.


 


 

**


 


 


 


 

Aunque nunca

nos hayamos cruzado con uno

le tenemos miedo

a los lobos.

Es nuestro bagaje

absurdo y medieval.

(Esto último lo digo

por la angustia de los bosques oscuros,

no por las maravillas

que nos dejaron los canteros.)


 

**


 

Bien que jamais

nous n’ayons croisé un seul

nous avons peur

des loups.

C’est notre bagage

absurde et médiéval.

(Ceci, je le dis

pour l’angoisse des forêts sombres,

pas pour les merveilles

que les tailleurs de pierres nous laissèrent).


 


 

**


 


 

Cuanto más te conozco

más pienso que el mejor animal de compañía

serían los belfos

cortados, disecados,

de un camello

que hubiera conocido los más vastos desiertos.


 


 

**


 

Plus je te connais

plus je pense que le meilleur animal de compagnie

serait les lèvres

coupées, empaillées,

d’un chameau

qui aurait connu les déserts les plus vastes.


 

**


 

Los cuervos más astutos

escapan de la torre

antes de que tiemblen los fieles

con la llamada de las campanas.


 


 

**


 

Les corbeaux les plus rusés

s’échappent de la tour

avant que les fidèles ne tremblent

avec l’appel des cloches.


 


 

**


 

No recuerdo

ni tu nombre

ni la trayectoria del vuelo de esa libélula.


 


 

**


 


 


 

Je ne me souviens

ni de ton nom

ni de la trajectoire du vol de cette libellule.


 


 


 

Juin 2017

 

 

 

 

Certains de ces poèmes en espagnol ont été publiés dans la revue mexicaine « El humo » (http://www.revistaelhumo.com/2017/06/miguel-angel-real.html) .

Poèmes traduits par l’auteur.

 

MIGUEL ANGEL REAL

 

Il se présente :

 

Valladolid (Espagne), 1965. Diplômé en Philologie Française. Agrégé d’espagnol, il enseigne au Lycée de Cornouaille de Quimper et a collaboré à l’U.B.O. (Université de Bretagne Occidentale) à plusieurs reprises.

Traducteur de poésie contemporaine en français et en espagnol, il a publié certains de ses travaux, conjointement avec Marceau Vasseur, dans diverses revues en France et en Espagne (Passage d’encres, Le Capital des Mots, La Galla Ciencia…).

Troisième prix du VII Concours International de Poésie « Atiniense » 2016 (Argentine).

Finaliste du VI Prix de Littérature expérimentale, convoqué par le Sporting Club Russafa Carlos Moreno Mínguez (Espagne, Mai 2017)

Certains de ses poèmes en espagnol ont été publiés dans les revues Letralia (Vénézuela), Fábula (Université de Logroño, Espagne), Marabunta (Mexique) et El Humo (Mexique).

 


 

Miguel Angel Real - DR

Miguel Angel Real - DR

Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0