Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ROULETTE RUSSE

 

je ne pourrai jamais oublier

ce jour d'été de mon enfance

où j'ai traversé en courant

et sans regarder

la route nationale 6

 

et le hurlement des freins

de la voiture

 

dans mes jeunes années

j'aurais pu mourir

plusieurs fois

par imprudence

mais la mort

n'a pas voulu de moi

 

je ne lui en veux pas

je n'ai ni dépit ni amertume

d'avoir été snobé

ignoré méprisé

le manque d'attirance

était réciproque

 

*

 

TOKYO

 

je me souviens de ce mendiant

sur le trottoir d'une rue à Tokyo

près de mon hôtel

 

il restait perpétuellement assis

sur une chaise

et sous un grand parapluie noir

ouvert et fixé

au dossier de la chaise

 

la nuit

ou les jours de pluie

il refermait soigneusement

l'espace autour de lui

avec une feuille de plastique

pour se constituer un étroit

habitacle en forme de tube

transparent

 

il ne bougeait presque pas

tenait peu de place

affichait un sourire permanent

et ne faisait pas même le geste

de mendier

 

j'avais lu que le quotidien

MAINICHI SHIMBUN

organisait un concours annuel

de haïkus

et qu'un mendiant

avait obtenu cette année-là

le prix du meilleur poème

 

je me suis demandé

si l'homme près de mon hôtel

était ce fameux lauréat

ou s'il était déjà parvenu

à cet état supérieur

de la sérénité

qui n'a plus besoin

des mots

 

*

 

 

 

 

MARQUISE

 

sur cette place austère en forme

de triangle

dont un côté donne

sur le cours Gambetta

je crois reconnaître

l'auvent

 

la très longue marquise

de fer forgé

et de verre

courant sur la façade

d'un immeuble

abritant au rez-de-chaussée

une supérette

 

c'était autrefois le siège

d'une compagnie d'autocars

où je t'accompagnais

le samedi matin

quand tu allais rejoindre ta famille

pour le week-end

dans le Bugey

 

rien n'indique plus

qu'il y eut une fois sur cette place

un guichet délivrant des titres

de transport

une salle d'attente

un car stationné

devant l'entrée

affichant sa destination

BELLEY

 

ni un jeune homme

inconscient

des lendemains te regardant

partir

et toi me faisant des signes

à travers

la vitre

 

*

 

GIMME SHELTER

 

cherchant sur Youtube

la meilleure version

scénique

de Gimme shelter

 

et retenant celle du concert

au Trans World Dome

à Saint-Louis Missouri

le 12 /12/1997

 

merveilleuse prestation

où Lisa Fisher

se surpasse

dans son duo avec Jagger

 

je pense à la longévité

exceptionnelle

des Rolling Stones

qui m'ont accompagné

de l'adolescence

à la vieillesse

 

leurs 50 ans de carrière

coïncidant avec mes 50 ans

de non-carrière

 

le monde a changé de fond

en comble

mais les Stones continuent

de chanter Satisfaction

depuis 1965

 

comme les sujets anglais

sous le long règne d'Elsabeth II

j'ai vécu sous les étoiles

fixes

de Mick Jagger

et Keith Richards

 

rassurantes

lumières

dans l'impermanence

du monde

 

*

 

MÉPRISE

 

un jour je crus

la voir

de dos

dans les couloirs

de la fac

 

la même silhouette

la même taille

les mêmes longueur

et couleur

de cheveux

 

et jusqu'à ce ciré

noir

 

je courus après elle

en criant

son prénom

elle poursuivit son chemin

en accélérant

le pas

 

quand je la rattrapai

elle se retourna

et je vis la peur

sur son visage

 

ce n'était que son double

imparfait

un fantôme

effrayé

mais pas le bon fantôme

 

je balbutiai

quelques excuses

tandis que mon cœur

retombait

sur le sol

de sa cage

 

 

BRICE NOVAL

 

Il se présente :

 

Urbain repenti, Brice Noval vit en ermite dans un village bourguignon et écrit un journal en vers irréguliers.

Publications dans les revues Lichen, Infusion, La Grappe et Realpoetik.

Le blog :

http://bnoval.hautetfort.com

 

 

Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0