DÉMONS ET MERVEILLE

 

 

 

 

 

 

À l'aube de ce matin de mai je ne veux pas me réveiller

avec ce goût de cendres dans la bouche

 

Je ne veux plus voir en boucle cette bouche aux dents pointues crever l'écran

ce cou de taureau

cette voix du paternel enfouie sous le sable

 

Je veux continuer la vie

 

À l'aube de ce matin de mai je ne veux pas me réveiller

avec une rue devenue fratricide

 

des clameurs de vautours ricanant

au-dessus de nos corps couverts de honte

 

 

imaginons une seconde

la gorgone hilare

crever l'écran

chaque jour

pendant cinq ans

 

pendant cinq ans

 

 

À l'aube de ce matin de mai je ne veux pas me réveiller

 

avec la chasse aux saltimbanques

aux fils du vent

aux Arlequins

aux Communards

 

je ne veux pas entendre

le tintamarre

des sbires de l'ombre

buvant dans les tavernes

à la gloire du Führer

 

 

À l'aube de ce matin de mai je veux me réveiller

sans cauchemar

avec la Flûte Enchantée

 

5 mai 2017

 

 

 

ODILE LOIRET-CAILLE

 

Elle se présente :

 

 

Master de philosophie, étude des langues indonésienne et arabe ( Séjours en Indonésie et Egypte). Ai enseigné la littérature française à l'Université Indonesia de Jakarta. En ce moment traductrice de deux ouvrages d'auteurs indonésiens pour la collection Le Banian de l'Association Pasar Malam.  

 

 

Tag(s) : #poésie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :