Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LA CLARTE

 

 

La clarté consiste parfois à dire ses quatre vérités au monde sans éclaboussures de jade.

J’aimerais faire partie de ceux qui savent renoncer aux métaphores

pour mieux nous fouetter

parler de la peur qui étend ses racines parmi nous

sans avoir besoin d’échafauder une équation maladroite

dire que la paresse nous gagne et que notre révolte est doucement endormie

lovée entre nos quatre coussins Ikea.

Mais parfois j’ai aussi envie de dire

le métal fondu de notre égoïsme nous scelle les paupières

et nous éviscère avec une certaine complaisance de notre part.

Pendant que nos enfants comprennent

que nous pensons que ce monde est une dune infranchissable

et nous montrent à travers leurs angoisses l’immobilisme qui nous habille et qui nous coiffe,

nous nouveaux prophètes nous répètent la même cantilène

et nous rendent coupables de leur propre impuissance.

Et cachés sous la couette nous les contemplons

dans notre abri antiatomique de coton et d’air.

On remarque aussi, toujours dans un besoin de clarté,

que les peurs de nos enfants, leur rage, est notre meilleur prétexte pour passer notre tour.

Mais je ne sais pas le dire ainsi.

Je préfère

les touches élimées du piano auscultent les mains d’un musicien trop stressé pour être honnête :

le concert est un désastre

ou encore

à foison les foules boivent leur thé brûlant sur les fondations d’un vaisseau écartelé

© Miguel Angel Real - DR

© Miguel Angel Real - DR

***

 

VOUS ME LE COPIEREZ CINQUANTE FOIS…

 

 

Je suis près de toi

Je suis prés de toi

Je suis preux de toi

Je suis proue de toi

Je suis pieux de toi

Je suis poreux parfois

Je suis prêt de toi

Je suis prompt de toi

Je soupirais de toi

10 Je soupe près de toi

Je sourds près de toi

Je suivrai tout de toi

Je suivre toi

Je suis ivre de toi

Suie de toi

Feu fou de toi

Je me perds de toi

Je suis près de toi je disais

Je suis après toi

20 Parfois je suis âpre de toi

Je suis prié de toi

Je suis pris de toi

Je suis peu ou prou toi

Je suis prompt de toi

Je suis promis de toi

Je suis prolixe de toi

Je suis projet de toi

Mais il faut le réécrire je suis près de toi

Je suis prêche de toi

30 Précisément

Je suis précoce de toi

Je suis prime de toi

Je suis prisé de toi

Je suis épris bien sûr

Je suis épi de toi

Je supplie de toi

Je soupire de toi

Jeux de toi

J’ai appris de toi

40 J’ai surpris de toi

J’ai pris de toi

J’ai précis de toi

Je précise de toi

Je prémisse de toi

Je prémices de toi

Je prône de toi

Je prime de toi

Je suis près prêt

Près preux proue

50 Je suis toi


 

© Miguel Angel Real - DR

© Miguel Angel Real - DR

***

 

CONTRE LES CARAPACES

Les paroles sont lumière
Invariablement
Elles transpercent
Les crépuscules

 

© Miguel Angel Real - DR

© Miguel Angel Real - DR

***

 

LIGNES

Envie d'été
D'effacer des routes
Déjà tracées

 

© Miguel Angel Real - DR

© Miguel Angel Real - DR

***

 

48e Rue

La nuit
Le bal
Discipliné
Des ombres
Impossibles

 

 

(Photo courtoisie F.R.)

(Photo courtoisie F.R.)

***

 

Brooklyn Bridge

Le vent glacial
N'effraye pas
Un noir courbé
Qui semble chanter
Seul
Sous ta harpe inutile.

(Photo courtoisie F.R.)

(Photo courtoisie F.R.)

***

 

ORAGES

 

après le vent
je me plie devant
le hasard des perpendiculaires
les angles sans hommages
les textures nouvelles
les nouveaux chemins que je dois parcourir
c'est ainsi

 

 

© Miguel Angel Real - DR

© Miguel Angel Real - DR

***

 

A NOUVEAU

On retrouve des couleurs
Qui vont bien finir par nous convaincre
Qu'à nouveau nous avons réussi
A laisser l'hiver derrière nous


 

© Miguel Angel Real - DR

© Miguel Angel Real - DR

***

 

SANS FILTRE

Derrière la fenêtre

Il y a des jours

Où rien

N’est invraisemblable.


 

© Miguel Angel Real - DR

© Miguel Angel Real - DR

***

 

ETRE TROMPÉ

 

J’ai attendu les épis, les miroirs,

et les rails se sont brisés sous le poids de lumières médiocres.

J’ai attendu les paroles pleines

et je n’ai trouvé

que des papiers tachés

des fragments muets de moi même

épars

écrasés

sur un mur antique aux bas reliefs perdus.

Une jungle incongrue

étouffe les soirées où la peur nous prend

la peur de nous prendre pour un autre

la peur qu’on nous prenne pour des bribes

d’homme.

Qui sait quel est le cap à suivre

pour réunir tous ces cumulus déchirés

et défendre les paroles.

De quel côté de la balance

nos lettres deviendront le lest

indispensable.

La lumière du verbe

n’est pas celle qu’on croit.


 

© Miguel Angel Real - DR

© Miguel Angel Real - DR

MIGUEL ANGEL REAL

 

Il se présente :

 

Miguel Angel Real

Valladolid (Espagne), 1965. Diplômé en Philologie Française. Agrégé d’espagnol, il enseigne au Lycée de Cornouaille de Quimper et a collaboré à l’U.B.O. (Université de Bretagne Occidentale) à plusieurs reprises.

Traducteur de poésie contemporaine en français et en espagnol, il a publié certains de ses travaux, conjointement avec Marceau Vasseur, dans diverses revues en France et en Espagne (Passage d’encres, Le Capital des Mots, La Galla Ciencia…).

Finaliste en octobre, novembre et décembre 2016 lors de différents concours de micropoésie, sonnets et microrécits en espagnol, convoqués par les webs “Concursos literarios en español” et “Tu concurso literario”

Troisième prix du VII Concours International de Poésie Atiniense 2016 (Argentine).

https://www.instagram.com/realmiguelang/

https://www.facebook.com/miguelangel.real.986

Miguel Angel Real - DR

Miguel Angel Real - DR

Tag(s) : #poèmes, #photos

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :