Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Νεκρός

 

 

 

Δεν σε ξέρει πια

Το σπίτι που γεννήθηκες

Η αυλή που πρωτόπαιξες

Το χώμα που κυλίστηκες.

 

Δεν σε ξέρουν πια

Οι δρόμοι που περπάτησες

Τα δέντρα που σου γνέφανε

Τα πουλιά που σου κελαηδούσανε.

 

Δεν σε ξέρει πια

Ο άνεμος που σε σκούνταγε

Η βροχή που σε μούσκευε

Ο ήλιος που σε πύρωνε.

 

Δεν ξέρει πια

Η γης που αγάπησες.

 

 

 

Défunt

 

 

 

Ne te reconnaissent plus

la maison où tu naquis

la cour où tu fis tes premiers jeux

la terre où tu traînas.

 

Ne te reconnaissent plus

les rues où tu marchas

les arbres qui te faisaient signe

les oiseaux qui gazouillaient pour toi.

 

Ne te reconnaissent plus

le vent qui te poussait

la pluie qui te trempait

le soleil qui te chauffait.

 

Ne te reconnaît plus

la terre que tu aimas.

 

 

 

-----------

 

 

Χωρίς ελπίδα

 

 

Φθνιόπωρο.

 

Στην ερημική ακρογιαλιά

Τα κύματα σμιλεύουν τα βράχια.

 

Ο άνεμος βουίζει

Στ’αυτιά των πεύκων.

 

Ενα χλωμό αστέρι

Πέφτει

Σαν κιτρινισμένο φύλλο δέντρου

Σε μια γούβα λασπόνερα.

 

Κι ένα καράβι

Που κουβαλά στ’αμπάρια του

Την ελπίδα

Χάνεται στο σκοτεινό ορίζοντα.

 

 

 

Sans espoir

 

 

 

Automne.

 

Sur la côte déserte,

les vagues sculptent les rochers.

 

Le vent bourdonne

aux oreilles des pins.

 

Une étoile blafarde

tombe

comme la feuille jaune d’un arbre

dans une fosse d’eau fangeuse.

 

Et un bateau

qui apporte dans sa cale

l’espoir

se perd dans l’horizon obscur.

 

 

 

 

Traduit du grec par Babak Sadeq Khandjani

 

 

 

 

 ISIDHOROS KARDHERINIS

 

 

 

 

Présentation par le traducteur :

 

 

 

Né en 1967, Isidhoros Kardherinis est économiste et il a fait des études de Master en économie du tourisme. Il a publié sept recueils de poèmes et deux romans.

 

 

 

***

 

 

A propos du traducteur :

 

 

 

BABAK SADEQ KHANDJANI

 

 

 

 

Il se présente :

 

 

Babak Sadeq Khandjani est né en 1981. Il a fait des études de littérature française. Il a commencé à apprendre la langue grecque en autodidacte. Il a traduit des poèmes pour différentes revues françaises et grecques (Cahiers de poésie, Souffles, Comme en poésie, Traversées, Point barre, Libelle, Le Cerf-volant, Eneken, Emvolimon, Sodeia). Il a également traduit trois livres : Le Loup (Marcel Aymé, en persan, 2013), Sur le quai/ Après la bataille, (Denis Emorine, en grec, Vakxikon, 2014) et Les Murs de sable (Chahab Mogharabin, en français, Edilivre, 2016).

 

Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :