Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Enfance


 


 

Le calme réapparaît en moi

Une paix silencieuse dans mon âme.

Je respire la maison tranquille

Et entends la musique de mon cœur :

Quelque part une rivière

Là des fraises rouges sous le feuillage

Me sourient,

L’eau est froide dans le lavabo en pierre du jardin

Et voici des pas lourds et égaux

Sous le chapeau de paille à filet

Le regard concentré de mon père

Il s’occupe des abeilles

Il me surveille

Et moi la tête pleine de nuages

J’écoute la chanson de grand-mère

Elle me berce

Dans la balançoire en corde entre les deux poiriers.

Ma mère récure le linge

Blanc il est

Blanc et beige

Et c’est le soleil qui nous enveloppe

Je croque une pomme rouge

Le pommier n’est pas loin.

Ce n’est pas un rêve et

Je laisse mes narines se dilater

Mon corps aussi respire amplement.

C’est vert

Et jaune

Et rouge

La maison est grande et mon corps se remplit.

Nous sommes tous dans la même réalité

Qui a pour titre Bonheur

C’est la musique de mon cœur !

Et la chanson s’appelle souvenir

Quand je la goûte du

Bout de la langue

Je me sens plus heureuse,

Elle m’aide à bâtir

A voir aussi

A se relever

A cheminer

A partager !


 

***
 

 

 

Ailleurs

 

Ailleurs le père souffle une bougie,

Ailleurs le père pense à sa fille,

Ailleurs n’est pas là, ici et maintenant

Ailleurs on n’arrive pas en une heure,

C’est loin ce pays d’origine ;

C’est loin aussi le passé,

Que je veux bien laisser passer.

« Mais n’oublie pas que le voyage

Existe… »

Me chuchote une voix vacillante

Comme une petite flamme.

« Loin peut devenir proche.

Loin peut devenir demain

Ici et maintenant ;

Loin ne veut pas toujours dire des larmes

Et tu vis bien dans un ailleurs… »

Mais nostalgie dans l’âme

Montre le désire de la fille

D’être avec son père,

Cet homme qu’on perd quand on grandit,

A qui on a envie d’offrir des couleurs,

Ainsi que sa vie réussie ;

Retrouver le père

C’est aussi retrouver soi

Ou ce que le père a laissé en soi…

Enfin décidée,

J’avale un thé parfumée,

Avion, train ou bus

C’est égal,

Juste voyager

Vers le père

Et vers soi

C’est écrire

Pour se reconnecter,

Se reconcentrer,

Se retrouver.

Je mets la musique

J’éteins la lumière,

A mon rêve

De me souffler demain…


 


 


 

Extrait du recueil « Naître mère » ou « Lettre à un enfant qui va naître »

 

 

 

***

 

 

Poème de naissance


 

à Constantin

4ème mois

 

 

Et voilà,

J’apprends

Que tu es un garçon mon enfant !

Et je me sens heureuse déjà

A l’idée de ta présence.

Tu es mon petit enfant

Et de te savoir dans mon ventre

Me réconcilie avec moi-même.

Ma mère m’a voulu garçon

Je ne l’étais pas

Mais portais ce fardeau…

 

Voici que tu viens libérer

Définitivement ces chaines-là.

Je ne t’attendais pas,

Je ne t’espérais pas,

Je n’imaginais pas

Ce que ta vie pouvait m’apporter…

Tu brises à jamais

La chaine maléfique

Des mères et leurs filles

Dans la famille.

Tu viens perpétuer un héritage

De père à fils

De grand-père à petit fils

D’homme à homme !

Il me faudra défaire mes schémas maternels

Crever l’abcès

Régler mes comptes

Pour t’aimer.

Et je le ferai !

Grandis doucement et

Je serai pour toi

Une mère aimante

Et accueillante

Mon fils !

 

***

 

Solitude

 

 

Solitude,

Solitude,

Je te veux et te fuis !

Tu m’es proche,

Tu m’es chère,

Mais parfois,

Je ferai bien sans toi ….

Tu es bonne quand ton silence

se peuple de tous mes fantômes,

et qui dansent,

et que mes rêves se déploient…

Mais quand tu es vide,

Solitude,

Un vide sans fond,

Sans présence aucune-

J’ai froid,

J’ai la tête qui tourne,

J’ai envie de crier,

de me défiler…

 

Et je cherche quelqu’un

Une voix chaude et douce,

Mon aimé, mon amie,

Ou bien toi l’inconnu

Dont je croise le regard,

Le sourire…

 

Un petit moment suffit

Et je me sens moins seule

Avec ma solitude.

 

 

Janvier 2014

 

***

 

 

C’est dans le silence

Que j’entends le mieux

Ton rire,

Qui vient du fond

De ma mémoire,

Et qui réveille mes lèvres

Tendrement….

C’est dans le silence

Que j’entends le mieux

Mes peurs qui bavardent,

Tenaces, mais malléables…

C’est dans le silence

Que s’estompent mes colères,

Qui font bourdonner mes oreilles

Et me donnent des migraines,

Il suffit que je les écrive

Pour qu’elles lâchent de mon corps

Comme de vieux habits…

C’est dans le silence

Que les murmures de mes nuits

Se ressemblent

Pour couvrir parfois

La feuille blanche.

C’est dans le silence

Que j’entends toutes les voix

De ma seule solitude.

C’est dans le silence

Toujours,

Que mon enfance revient

Se balançant entre deux pommiers

Et qui tient toujours

Dans un rayon de soleil…

C’est dans le silence encore

Que s’invitent mes rêves,

Comme des hôtes nobiliaires,

Et qui me demandent avides,

De les accomplir.

Des images défilent

Comme sur un écran vidéo,

Se bousculent,

Concourent…

Mes rêves, multiples toujours,

Grands et petits,

Aurai-je assez de temps

Pour les réaliser ?

C’est dans le silence

Que je construis le squelette

De notre future maison…

Dans le silence aussi

Que je poursuis comme en rêve

Ton sourire

Que je veux contempler.

C’est dans le silence

Que j’attends,

Que je t’attends,

Que je susurre lentement

« Viens, il est temps ! »

Et c’est parce que dans ta voix

J’entends comme une musique,

Que mon silence se rompe,

Avec bonheur et curiosité.

Je me lève

Et pieds nus

Sur la mosaïque,

Je te suis.

Alors tout est son

Et le silence est empli.

 

 

2013-2014

 

EKATERINA DOBRINOVA

Elle se présente :

Ekaterina Dobrinova est née à Sophia Bulgarie en 1973. Elle arrive en France en 1992. Elle exerce la profession de comédienne et animatrice d'atelier de théâtre depuis 1996 à Saint-Etienne, la région de Lyon et de Toulouse. Elle s'installe à Paris en 2001 et commence à écrire des contes et poésies à partir de 2005. En 2006, elle devient élève aux ateliers d'Aleph à Paris, où elle achève également la formation à l'animation et devient en 2011 animatrice d'ateliers d'écriture. Actuellement elle exerce le métier d'animatrice et continue d'écrire des contes, des nouvelles et des poésies.
 
Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0