Avec ce poème commencé malgré tout

 

J’irai jusqu’au bout de ta fatigue

La recueillir dans mes vers

 

J’irai jusqu’au bord de ta maison

Où l’air entre partout sans frapper

 

Où le ciel prend le thé dans un dé à coudre

Où rien n’est jamais compté

 

Sauf les miracles et les poèmes

 

J’irai jusqu’à ta joie

Pour achever de l’écrire

 

Ce poème commencé malgré tout

Et m’endormir sur ses genoux de paille

 

**

 

Avec des si

 

Nous demeurons les enfants du conte

Égarés sans doute voluptueux toujours

 

Dans la fragrance des hypothèses

Les plus légères et audacieuses

 

 

Avec des si

 

Nous traversons la vie sans douleur

Nous abordons la nuit sans frayeur

 

Nous entrons dans le vagin de l’aube

Où nous parle sans fin

 

La langue infinie du poème

 

 

© Béatrice Libert, inédits, à paraître.

Les mots en italiques sont du poète Yves Namur.

 

 

 

 BÉATRICE LIBERT

 

Poétesse.

 

Plus d'infos :

 

http://www.beatrice-libert.be/

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9atrice_Libert_(%C3%A9crivain)

 

Béatrice Libert- Source © http://www.bienpublic.com/ - DR

Béatrice Libert- Source © http://www.bienpublic.com/ - DR

Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :