Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kyrielle de Kyparissi

- Anamorphose #7 -

 

 

EXTRAITS

P. 12

 

Quand ça sera là et c’est déjà là

(comment a-t-il su que la question nous bouleverserait

comme le reflet d’une femme sur la fenêtre

sérieux presque tragique

pastel

rendez-vous presque amoureux)

 

C’est là mais on peut encore prendre des douches chaudes

dans l’écume prendre un rai de lumière

ivresse objective

dans l’étourdissement devant un coin de silence

le souvenir que la mer nous attend

souplement

 

Pour tromper l’évidence là

Une symphonie s’accorde 

sur la roche taillée de la route rouge enflammée

on entend

A certaines températures, les mots perdent leur consistance, leur contenu, leur signification, tout simplement, ils s’anéantissent, si bien qu’à l’état gazeux, seuls les actes, les actes nus font preuve d’un certain penchant pour la solidité, il n’y a que les actes que nous puissions presque prendre dans nos mains et les observer, comme un cristal

on pense

 

ça va bouger ça bouge on le sent

la vague gronde pètera-t-elle

mue par sa propre survie

révolte du beurre doux fondu

décomposé par sa seule mollesse

celle qu’on lui a murmuré

 

sans que le beurre ne le sache

voilà l’histoire

je fronce les sourcils

voilà l’instant

le beurre devient vague

pour dire : nous sommes la multitude

 

 

P5

 

 

 

 

L’oeil vide scrute absent l’intérieur du crâne

tu sais que, contrairement à l’impression qu’elles donnent, les personnes grandes peuvent cacher une extrême vulnérabilité 

tu te dis

et j’écoute

pour être certain tu redis : contrairement à l’impression qu’elles donnent

et entend ce qu’en moi

 

gratte pour que gicle

les je sais

reconsidérés

les tu crois

mal accrochés

aux racines

 

Trouve le début d’un nouveau pourquoi

dans la question sera l’écho cherché

(je sais qu’il est étrange de voir le vrai visage du clown blanc

qui te regarde intrigué)

Dans la mer sera l’élan choyé

Écoute elle te clapote : tu es goutte et peux

 

Adolescent que tu es certains soirs

tu sais que l’avenir est à toi

qu’on te bassine ça

qu’on t’assène ça

cette enclume en tes rêves

assèchante

 

Tu rêves encore sans pouvoir t’apaiser

tes doigts sur le clavier de lumière

se promettent de ne pas être déstabilisés, en vain

cherchent la souplesse

tes mots sur le ciel de lave

futur étendu comme une nappe

 

 

 

 

 

GABRIEL PEREZ

 

Il se présente :

 

 

 

Kyrielle de Kyparissi

 

 

Le poème

Il sagit presque de la forme Kyrielle inventée par J. Roubaud. J’ai respecté les contraintes formelles (5 strophes de 4x5 vers composés de 6 vers chaînons + une tornada qui reprend exclusivement des éléments déjà présents) mais transgressé le mode du mono no aware.

 

Ce poème a été composé dans le cadre d’un workshop dirigé par Julien Marcland qui travaille sur l’élaboration de nouvelles contraintes (à partir des anciennes et des proportions dorées).

 

 

 

Micro bio

Je nai rien publié à ce jour.

Je suis comédien, thésard (dir. Olivier Neveux), vacataire à l’université Lyon 2. Jenseigne également la pratique du théâtre.

 

 

Gabriel Perez - DR

Gabriel Perez - DR

Tag(s) : #poésie

Partager cet article

Repost 0