Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je suis de ce lieu

 

Je suis de ce lieu
où les rues
n'interrogent pas
 
le sang

L'oiseau devenu
marbre
sous midi d'été en fleur

-Étincelle
sur les trottoirs
qui traîne

-Souffle éteint
de la brise
qui dirait la route
au pollen

 

***
 

‘’Poète, seule ta main droite’’

 

Quand la folie

Rend le collier

 

Tu deviens

Miroir embué

La seule seconde où tu oublies

D’agiter ta main droite

 

Rien ne survit

Apprend-le, ami

 

Seule ta main droite

A cette secousse

Qui te brise les voiles

Comme un verre

 

Car à l’horizon

Dessine

Une dernière promesse de vertige


 

 

***

 

 

‘’Pour t’habiter surface et symbole’’

 

J’écarte mille tangibles

Lent fleuve

Pour habiter tes plis

 

Le monde a goût de choses nues

Épaves sur mer debout

 

Or ce que tu es n’a pas de nom

Univers à découdre

Virginité blanche renouvellement blanc des moissons

 

Dans la prudence ciselée des doigts

Écarte chaque tangible

Pour me fermer entre mille dits bleus

 

Aux larges de tes cris sans voix

Écartant de tous les gestes fermés

L’ivresse des mers d’Avril

 

Le monde a goût des surfaces

 

Moi

Je te mesure juste

Et pour ne pas me glisser sur l’autre toi-même

O symbole inhabité

Je t’habite la vigilance du veilleur de lait

 

 

 ADELSON ELIAS

 

Il se présente :

 

Je m’appelle Adelson Elias. Je suis né un 2 janvier du temps, à Petit-Goâve, une ville située à une soixantaine de kilomètres de la capitale d’Haïti, Port-au-Prince. Je suis journaliste et enseignant. J’écris pour résister aux griffes du vivre. Pour arrêter de douter, que mes mains, une fois, ont tenté de changer la mer. Et le sable. Et le coquillage.

Adelson Elias - DR

Adelson Elias - DR

Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :