Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SALE TEMPS

 

 

Am, stram, gram,

Pic et pics et colères,

Drames.


 

Des enfants se noient dans la marelle

Des poubelles

De l'histoire naufragée de leur pays en flammes,

Sous l'œil saoul des riches gens des côtes.


 

Le monde va de travers, bourré,

bour et ratatam.


 

Doit-on arrêter la comptine ou la continuer ?

Comment faut-il la chanter,

Après ça ?

 

 

***

 

LE GEÔLIER SOUS LA PEAU


 

L'insistante aiguille bien ancrée

Dans la chair de poule

De sa mémoire junky,

S'infiltre dans son tendre bras de baby-doll

Sous l'oeil d'un scorpion perdu dans les herbes folles,

Qui s'avance, encravaté de fièvre sourde


 

Poupée sans escale, esclave du venin

Qui trône dans son sang de mescaline,

Elle voit défiler des couturiers en habits nus

Sous la toile de latex de sa came isole échancrée


 

Quand elle sent la faim,

Elle dévore sa soupe

De viande rouge

Encore fumante

D'un coup de langue crantée,

Sous les feux de ses revolvers sans gâchette

Et des rushs obscurs de son carnaval souterrain


 

Au bout de la nuit,

Son misérable geôlier la libère,

Enfin

Et ramène son corps

Cassé,

Au bord de l'écume

De ses draps sales et froissés.

 

 

 

***

A L'OMBRE DE L'OMBRE


 

Dans des cadrans de nacre,

Jouant de la musique sur les contours des pendules

Tic tac, tic tac, le temps tourne comme une ombrelle

Sur le manège aux chevaux de jambes de bois

Dans le parc juste en bas.


 

Pas pressé je laisse filer l'or et ses filons

Pour regarder passer les aiguilles qui trottent et trônent

En cavalières, sur nos vies de secondes.

Il faut bien oublier qu'un jour tout s'arrête...


 


 

WILLIAM BRAUMANN
 


 

William Braumann - DR

William Braumann - DR

Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0