Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

L'historique des lieux poétiques reste à faire. Les lieux, c'est-à-dire les multiples organisations, formelles ou non, qui réunissent les poètes, pour fonder une école, pour honorer un maître ou pour lire des textes. Ces groupements sont multiples et divers comme le sont les poètes et méritent tous d'être envisagés sous l'angle de l'histoire littéraire dans laquelle ils s'inscrivent.

L'UNESCO reconnaît déjà quelques monuments culturels immatériels dont elle demande qu'ils soient préservés par les États. L'Académie Mallarmé ne ferait-elle pas partie de ces monuments, ne serait-elle pas déjà un « lieu », parce qu'elle recouvre le vingtième siècle et qu'elle s'est placée sous l'égide d'un des plus grands poètes universels?

À l'instar de l'Académie Goncourt, pour le roman, elle figure comme une institution dans le domaine littéraire, une institution à protéger.

 

Elle apparut sous ce nom en 1937 et le Prix qu'elle décerne est l'un des plus prestigieux dans le domaine de la poésie. Elle est refondée en 1976. On sait peut-être moins qu'elle avait été créée sous le nom de Société Mallarmé dès 1923 et sans doute même dès 1913 sous la forme d'une Association des poètes des mardis. Elle est ainsi, après la Société des Poètes Français, la plus ancienne organisation vouée exclusivement à la poésie.

En effet, dans le parallèle que l'on peut dresser avec d'autres associations, l'Académie Mallarmé n'est pas cantonnée dans la mission exclusive d'honorer et de faire vivre l'œuvre du poète de Valvins. Dès l'origine elle se fixe pour but de faire vivre la poésie, en tant que genre, sous toutes ses formes.

 

À côté des histoires de l’Académie Française et de l’Académie Goncourt, il est donc souhaitable de disposer d’une histoire de l’Académie Mallarmé.

 

Mais d'où vient-elle? Qui sont ses membres? Pourquoi ont-ils tenu à créer une société qui se regroupe sous le nom de Mallarmé ?

Les poètes à l'origine de cette fondation sont, bien sûr, tous des anciens fidèles des après-midi poétiques qu'organisait Stéphane Mallarmé chez lui, au 89 rue de Rome, à Paris. Le poète d'Hérodiade et ses réunions, ont acquis une gloire certaine que sont venues augmenter les publications de l'article des Poètes maudits, de Paul Verlaine, en 1883 dans la revue Lutèce, et du roman À Rebours, en 1884, de Joris-Karl Huymans. Toutes ces forces ont assis les bases d'une fervente admiration et pour le poète et pour l'homme. Mais au moment de sa mort prématurée, en septembre 1898, la stupéfaction fut telle, que chacun se replia sur soi, tout en conservant l'idée de faire survivre au temps un homme, une œuvre et un rite non pareils. Il faudra attendre quinze années pour que les esprits se reprennent et qu'enfin le désir d'être ensemble revienne. Il allait s'agir non plus de pleurer mais de reprendre un flambeau, celui de l'amitié à travers la poésie.

 


 

Extrait de l’Introduction.

 

Histoire de l'Académie de Mallarmé, Les éditions du Petit Pavé, 2016.

 

BERNARD FOURNIER

 

 

***

 

 

Bernard Fournier, Histoire de l'Académie de Mallarmé, Les éditions du Petit Pavé, mars 2016, 416 p. (28 € port inclus)

http://www.petitpave.fr/petit-pave-histoire-academie-mallarme-627.html

 

Présentation en quatrième de couverture  :

 

 

Cette Histoire remonte à 1923, peut-être à 1913, avant même l’heure de gloire de l’Académie Mallarmé, fondée en 1937 par Paul Valéry, Paul Claudel et André Gide, refondée en 1976 avec Jean Rousselot, Michel Manoll, Alain Bosquet et Guillevic , et poursuivant toujours son activité. Le prix Mallarmé, la maison-musée Mallarmé de Valvins sont à mettre à son actif.

L’ouvrage reconstitue cette histoire encore parcellaire, s’appuyant sur des documents inédits.

L’auteur, le poète Bernard Fournier, est secrétaire général adjoint de l’Académie Mallarmé, président de l’Association des Amis de Jacques Audiberti, et animateur du café poétique « Le Mercredi du poète ». Auteur de plusieurs essais, recueils de poésie et de biographie et étude sur Audiberti, il est aussi un spécialiste de Guillevic à qui il a dédié une thèse de doctorat.

Dans cet ouvrage il s’attache aussi à faire reconnaître des poètes majeurs un peu oubliés :Maurice Maeterlinck, Francis Viélé-Griffin, Saint-Pol Roux, André Fontainas, Albert Mockel ou encore le curieux Edouard Dujardin.

 

 

 

 

 Histoire de l'Académie de Mallarmé, Bernard Fournier, Les éditions du Petit Pavé, mars 2016.

Histoire de l'Académie de Mallarmé, Bernard Fournier, Les éditions du Petit Pavé, mars 2016.

Tag(s) : #articles - articles critiques, #essai

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :