Chênes

 

( Extrait )


 

De l’aube blanche à l’aurore dorée

M’apparaît la maison des parfums,

Longuement nous nous regardons.

 

 

Xiangshu, le caractère chêne en chinois

Forme l’arbre dont je veux faire le portrait.

Chêne vert de Californie, chêne chevelu

Chêne kermès, chêne des canyons

Chêne bleuté, chêne des marais

Chêne rouvre, chêne à feuilles de myrsine

Yeuse, chêne -liège

Chêne tauzin, chêne des ours.

Tous abris taillés dans le bois des mots.

Puissance d’apparition

Les chênes semés par la main de Dieu, celle de l’homme aussi,

Les donjons du jour qui pose sa plume veillent la ville.

 

 

Au-delà des gentianes amarrées à l'émail du bleu blanc

Les chênes nus vont vêtus d'escales vers l'inconnu.

A contre-jour, silhouettes drapées d'espace

Arbres-temples syllabes au fronton de Jupiter

Sibylles sur un ciel de verre mauve, écarlate.

Sur la face du tronc,

Filaments de sentiers brisés sur terres tremblantes,

Isthmes et presqu'îles formant écailles de tortue,

L’arbre se raconte.

 

 

***

 

 

Voyage dans le grand temps

 

 

( Extrait )

 

 

Aujourd’hui je longe un muret d’épines et de cendres

J’y respire avec les sapins un baume d’air libre,

Résine fluide de cette lumière tombée de partout

Et que l’on ramasse parmi le quartz des chemins

Que l’on espère avec l’eau de lilas qui va poindre.

Eau qui chante sur les pierres nous ouvre une route fertile

Eau de nuit acharnée, eau qui descend du ciel

Ou arrive d’au-delà,

Tu caresses la magie que les hommes s’obstinent

A délaisser.

 

Aujourd’hui les visages s’écaillent sur le vase du monde

Ancien

Et je ne reconnais plus la face des miens

Sur le vernis où chancellent nos existences,

Où elles s’écartent de leur étoile

Paysage en haillons entre les vestiges fumant de cris

Et hurlements.

Là, un monde est en train de s’enfanter,

De devenir un autre lui-même à la lueur de la chandelle,

Une autre histoire s’avance depuis l’arrière-pays

Comme ces montagnes inespérées et tordant la ligne droite.

Une histoire qui voyage

Et explore le ventre de la jungle sur les pirogues des morts

Jonchées d’œillets, fleuries d’ombres et de cascades

Avec le nécessaire pour l’au-delà.

 

 

 

 

 

Extraits de "Paroles des forêts" ( Editions Unicité, 2015 )

 

 

PASCAL MORA

 

 

 

 PASCAL MORA est formateur au Centre de formation compagnonnique des métiers du bâtiment qui forme jeunes et adultes. Il est né en 1962.

Il est poète. Il a participé à des lectures poétiques, principalement en région parisienne. Il publie des poèmes en revues : Arpa, Comme en poésie, les Cahiers du sens, Multiples, Verso…

En 2015, il a publié un nouveau recueil, Paroles des forêts (Unicité). Il a également publié deux recueils : Feuilles du chemin (Encres Vives, 2009), Etoile nomade (L’Harmattan 2011). Il tient un site web : Voyages dans la clairière http://www.clairiere.net/. Ce site accueille des poètes avec leurs textes. Il s’intéresse aux poésimages, poèmes en surimpression sur des photos. Il éprouve un grand intérêt pour la littérature hispano-américaine ainsi que pour l’espagnol et le portugais, langues qu’il pratique. Il vient de réaliser une lecture en Argentine où il a été invité.

 

  

 

 

Pascal Mora - DR

Pascal Mora - DR

"Paroles des forêts" Pascal Mora  ( Editions Unicité, 2015 ) | DR

"Paroles des forêts" Pascal Mora ( Editions Unicité, 2015 ) | DR

Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :