Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - NASHTIR TOGITICHI

Publié par ERIC DUBOIS sur 11 Septembre 2015, 05:52am

Catégories : #poèmes

 

 

  In memoriam

 

 

C’est sur la plage

de l’enfant allongé

que la mort fixe

ces quelques jours

tout en remuant

nos ventres froids

contre le sable

de l’ignorance

du merdier d’être

Père aujourd’hui

 

C’est dans des camps dressés en campagne

dans une information programmée

que se font les nouveaux oxymores

et les pauvres sont déplacés

et la petite histoire

dans l’Histoire

retourne

 

C’est dans la stupeur des têtes coupées

dans l’ombre des guerres invisibles

que fleurissent de jolis « ipad »

 que prospèrent les excursions nomades

des  touristes d’aujourd’hui

 

 

On n’arrive pas à se représenter

en quoi nous participons

 

 

On n’arrive pas à se représenter

notre responsabilité

 

 

On prend sa voiture climatisée

pour une proximité connectée

on clique trop loin  dire bonjour

 

On oublie qui trempe le bras dans la boue

qui précipite le peak de tout

qui suce le sang versé pour le coltan

sur les traces habituelles

des promenades balisées

 

Et  à peine

                  un haussement d’épaule

pour les massacres organisés

          la misère éloignée

          et les hommes de demain

qui ne naîtront pas

 

Et les images formatées

défilent

 

nous envahissent

 

 

Alors les pas sans importance

des agités obsolètes

rythment le caractère dérisoire

de la confusion

de l’effondrement silencieux

 

 

Alors

 

les marchands

 

dans le Temple

 

sans les lazzis

 

retournent

 

 

Alors

 

les morts

 

à la mémoire

 

s’arrachent

 

alors les morts

 

traversent

 

 le mur

 

de l’avenir bouché

 

pour entrer

 

dans la crypte aveugle

 

du champ forclos

 

 

 

 

 

NASHTIR TOGITICHI

 

 

 

 

Nashtir Togitichi : la cinquantaine, psychologue clinicien, vit à Paris et écrit de la poésie pour vivre, un peu comme d'autres font de la méditation. 

 

        -Publications sur le net :   http://www.le-capital-des-mots.fr/

                                                      http://www.francopolis.net/rubriques/coupdecoeur-textedecembre2012.html

                                                 http://www.paperblog.fr/4460482/le-capital-des-mots-nashtir-togitichi/

 

        - Vient de publier un recueil : Si tout se casse la gueule, précédé de Contraintes du temps,  Edilivre, septembre 2015

 

Nashtir Togitichi - DR

Nashtir Togitichi - DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

béatrice Horel 16/09/2015 20:50

Quelle force, quelle lucidité et ce refus de l'indifférence qui nous tient mieux éveillés....

laity ndiaye 11/09/2015 19:58

La petite histoire ainsi dans l'Histoire retourne...great!

Odile Loiret -Caille 11/09/2015 08:14

Que ce texte est fort! Merci. Écrire l'horreur, question de survie. L'enfant mort n'a pas fini de nous hanter. Le dire et l'écrire nous empêche de sombrer. Et la beauté du monde, malgré tout.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents