Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - CLAIRE KALFON

Publié par ERIC DUBOIS sur 11 Septembre 2015, 05:49am

Catégories : #poèmes

« Je me souviens tant que je vis ». Agnès Varda

 

Je choisis tant que je vis

Entre le bleu et le jaune

Entre avec toi et sans toi

Entre le duvet de l’ombre

Et la lame du soleil

 

Je choisis entre maintenant

Et plus tard entre le courage

Et le repos entre le sentier

Plein de ronces et la route ouverte

Comme une tranchée

 

Je choisis entre mardi et jeudi

Entre les cheveux courts

Et les cheveux longs entre attendre

Qu’advienne l’impossible et nager

Vers le large en oubliant les méduses

 

Je choisis entre secouer ce qui reste

Dans le tamis et arracher la mousse

Sur les toits entre déployer ma vérité

Comme un étendard ou enfermer

Nos reproches dans des sachets de silence

 

Je choisis entre résoudre une équation

A une inconnue ou jeter des pièces

Dans la fontaine je choisis entre

Continuer la liste ou aller

Me promener tant qu’il fait jour

 

 

 

CLAIRE KALFON

 

 

 

Claire Kalfon a été publiée dans les revues papier Petite, Friche et Décharge.

Autres publications dans les revues : Le Capital des mots, Secousse, Ce qui reste, la Toile de l’Un , Francopolis et bientôt Cabaret

 

Exposition Feux de croisement à la galerie Lyeuxcommuns : dessins d’Annie Barrat / textes de Claire Kalfon ( mars 2015)

 

A paraître fin 2015, un recueil de poèmes , chez Recours au Poème, maison d’édition numérique.

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

béatrice Horel 16/09/2015 20:46

J'aime beaucoup ce rappel que oui, nous avons en permanence des choix à faire. De toutes petites importances la plupart du temps, mais si importantes en même temps....
Quelle magnifique liste de choix qui nous fait penser à ceux que nous faisons le plus souvent sans y penser...

Nashtir Togitichi 13/09/2015 04:11

Et moi je choisis de lire ce texte de Claire Kalfon pour se réveiller et se lever si je n'ai pas envie. Joli texte très enlevé, très rythmé, qu'on croirait écrit dans une jeunesse perpétuelle ; cette poésie n'est ni déprimante, ni naïve pourtant.

laity ndiaye 11/09/2015 16:31

Très beau!!!

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents