Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Parler pour ne rien dire

 

 


Moi, je n’aime pas parler pour ne rien dire.

 


Parler pour parler, juste pour meubler le silence, non, ça ne m’intéresse pas ; je préfère encore me taire.


Oui, vraiment, si je n’ai rien à dire, je peux très bien rester des heures sans parler à personne ; sans problème.

 


Mais si je trouve un interlocuteur valable, alors là, je peux dire absolument n’importe quoi !

 

 

 

***

 

Le Silence des Mots

 

 


Le Silence

 

 

Le Silence
Les mots
Le Silence entre les mots
Les mots entre les Silences
Le silence entre les Silences
Le silence des Mots
Le silence du Silence
Les Mots
Les morts
Le silence des morts
Le silence des Mots morts


Là où il y a Silence il n’y a pas mot. Les Mots sont morts, ils

ne parlent pas


Ce sont des morts sûrs

 

 

La Mort


Les mots sont la mort du Silence
La mort sûre
Les mots sont la mort sûre du Silence
Le silence de la mort sûre des mots      rassure

 

La Morsure des Mots dans le Silence


La morsure est lente
Mordons donc lentement dans le Silence
Mordons les mots
Mordons les mots morts sûrs

 

Le Chant du Silence


Le Silence chante
Quand le Silence chante, les mots dansent
Tous ces mots denses dans le champ du Silence tuent le

Silence


Le Silence est mort ! Vive le Silence !

 

 

***

 

Moi

 


Je suis éprise de moi.
Donc je m’aime.
Puis je me déteste.
Alors je me brouille, je me fais des scènes.
Et je me réconcilie.
Je vis une véritable passion pour moi-même, avec moi-même.


Parfois je me désintéresse de moi.


Je me trompe avec moi.


Et alors, je bois pour oublier.
Pour m’oublier.
Pour oublier que je ne pense pas à moi.

 

Extraits de "La pianiste aux doigts trop courts"

( L'Echappée Belle éditions, 2014  )

 

CHRISTINE SCHALLER

 

Plus d'infos : http://www.lechappeebelleedition.com/christineschaller_bio.html

 

http://www.christineschaller.com/

 

Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :