Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - BÉATRICE HOREL

Publié par ERIC DUBOIS sur 22 Septembre 2015, 17:22pm

Catégories : #poèmes

ENTRE DISTINCTION ET DISTRACTION

 

Sortilège de l'air,

le parfum embaume les interstices

d'eau limpide.

Vent capricieux

Le long des haies

Il effleure les boutons mauves

S'engouffre dans les corolles en fleur

Et repart léger, vaporeux.

 

Ainsi la vie des jours

Courant interrogatif

du cours des ans.

S'éloigne avant d'en obtenir le miel

Questionnant le suc des heures

Abandonnant son butin au fil de l'air.

 

Et je reste là,

immobile,

à regarder s'effacer

l'air mouillé

du regard du monde.

 

 

***

 

CREATION

 

 

Contradictions et errements

Ont saigné le cours des ans

Entraînant

Cacophonie

Anarchie brouillonne.

 

L'expérimentation sauvage

Dévastatrice

Aux yeux des étrangers

Affolés

A fait disparaître

La trame qui tisse le voile.

 

Regardez mieux,

Aiguisez votre vue,

Vous verrez

Au creux du chaos

Sourdre

La fraîcheur

qui crée le monde.

 

 

***

 

NOSTALGIE

 

J'ai souvenir de grands espaces

peuplés d'hommes aux sens subtils.

Se mouvant en silence.

 

Vous étiez bien avant nous.

 

Pour quelles saisons avez-vous disparu ?

En quels nuages de l'univers

vous cachez-vous maintenant ?

 

Nous vous avons oublié, c'est vrai.

Nos mémoires sont trouées d'espaces blancs.

Nous avons perdu la raison.

 

Revenez, car je vous attends,

Nos maisons sont froides,

Notre cœur bat la tourmente.

 

Il est temps que vous vous souveniez de nous

 

Le monde a grand besoin

de votre démarche souple

de votre esprit tranquille.

 

 

Je me souviens de vous,

de votre regard transparent

et votre sourire éclatant.

 

Cette beauté qui couvrait le monde

de sa douce lumière

Qui nous la ramènera ?

 

Revenez, hommes sans ombres

dont je crie le nom dans mon sommeil

d'amertume et de solitude.

 

Venez nous sortir de nos fils

Qui nous entrelacent.

 

Barrière de chair vive

Qui nous cloue au pilori.

 

Il est grand temps que vous vous souveniez de nous.

 

 

 

 

 

 

Extraits de "Poèmes irréguliers" ( Editions ABM)

 

 

BÉATRICE HOREL

 

 

 

 

Elle se présente :

 

 

 
Béatrice Horel est née en 1947 dans les côtes du nord de la Bretagne... Très tôt, elle fut amenée à suivre les aléas voyageurs de son père... qui lui ont laissé un goût de rêve, et un certain manque de stabilité...  Une scolarité chaotique l'a amenée à faire du secrétariat, souvent à temps partiel pour se consacrer à la peinture durant de longues années. Mais la peinture la renvoyant à son silence, l'écriture vint la combler.  L'écriture sous toutes ses formes :  le journal, les poèmes, les contes et les lettres, dans lesquels son esprit s'explore. Ce faisant, elle rencontre le monde....     Aventureuse de l'intime, exploratrice de l'insoupçonné, chaotique, rebelle, elle recrée la vie dans ses moindres détails, suspendant l'air à ses rêves.  Reflet au milieu de tous les reflets du monde, ces autres qu'elle reconnaît comme ses frères et sœurs de passage.... elle s'inquiète de l'inédit de l'être.  Béatrice prend le temps, tout son temps pour redécouvrir les mots, les syllabes jetés au fil de son parcours. Elle clôt ainsi une boucle de son histoire et offre ses émois et ses interrogations dans ce recueil.   Elle vit actuellement en Dordogne, dans un petit hameau... ce recueil est sa première publication. Elle suppose qu'elle a la vie devant elle.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Colette 26/09/2015 12:19

Je lis et je m'imprègne. Comment dire mieux que Clément ?

béatrice Horel 16/10/2015 20:55

Avec un temps de retard je lis votre commentaire.... touchée je suis.... merci Colette.

Clément G. Second 23/09/2015 19:27

Je lis et relis et suis frappé de ce que l'intensité de conscience n' "intellectualise" en rien votre parole poétique. Elle l'éclaire du dedans au contraire, elle contribue à la rendre si participable. Trois beaux poèmes, vraiment. Sincère merci.

béatrice Horel 24/09/2015 18:37

Clément, votre écoute et votre faculté de la traduire sont magnifiques. Vos mots sont vastes comme tous les océans... J'en suis touchée à un point indéfinissable. Merci

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents