Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - RIO DI MARIA

Publié par ERIC DUBOIS sur 18 Août 2015, 19:45pm

Catégories : #poèmes

Rackets du temps

 

J’ai appris à lire

entre machine à coudre lettres interdites

et enclume résistant à tous les coups

de promesses abritées dans la déchirure des lèvres

des livres jamais lus


 

Les révélations de la plume

éloignent les bleus aux genoux

celles des hirondelles

rapprochent l’accueil des mirabelles

pour épouser l’amandier qui sème rachats soldés


 

Lire l’autre à mots enneigés

à la solde des tapis volants

préserve l’œil de cécité


 

Les blancs des bancs de banquises

révolutionnent la ponctuation de l’algèbre de l’univers

qui hoquette entre constellations en métamorphoses

et rackets de temps perdu

 


 

 


***


 

 


 

Appris à la maternelle


 

Si l’espace n’est pas ma terre

le temps ne m’appartient plus


 

Le temps appris à la maternelle

n’est qu’imparfaite imposture

injure d’un passé décomposé

que le futur apprivoise et recompose


 

Endormir les dévastations de chants d’oiseaux


 

Oublier les fabulations des cahiers endormis

au dortoir de la plus haute enfance


 

La découverte de l’oubli

empoisonne la mémoire des jouets

enlisés dans le grenier sans escalier


 


 

Ressusciter le temps

dans la lassitude des brouillards

brûlés dans les yeux

 

 

 

***

 

 

 

 

Qu’arrive … l’autre homme

 

Même ses rêves

plus éblouissants que les miens nous séparent

nous rapprochent

de l’instant indésirable

nous reprochent

tous les cauchemars cachés

masqués

 

Pourrions-nous avouer au monde

vers quel pan d’univers nous enfuir

pour égarer enfin la cruauté de l’homme ?

 

Il suffirait peut-être

qu’arrive l’autre homme

le vrai

celui qui n’aura jamais faim ni soif

 

ce corps blessé par myriades de pardons

issus de tout ce qui bouge

 

L’heure se rapproche

récolte ses secondes

et se tait indéfiniment

 

 

Extraits de " Rackets du temps" ( L'Arbre à paroles).

 

 

RIO DI MARIA

 

Il se présente :

 

Rio Di Maria est né à Canicatti (Sicile) où il a vécu jusqu’à l’âge de onze ans. Avec sa famille, vie précaire comme tout Sicilien non assujetti à la Mafia ou aux nantis. Émigration. Études commerciales. Quarante ans de travail dans une entreprise métallurgique. Marié à Viviane : trois enfants.

Premiers poèmes en 1965. Premier recueil en 1973. Passionné de cinéma et de peinture, il filme les soirées de poésie (Maison de la Poésie d’Amay) depuis 1994; mémoire de l’Arbre à paroles à partager. 2007, il reprend le dessin à l’encre de chine, c’est l’imagination au pouvoir pour plus de 120 dessins. Depuis début 2009, Président du Conseil d’Administration de la Maison de la Poésie d’Amay.


 


 

En poésie

 

À travers l’aube, Henry Fagne, 1973

Festin de lumière, Vérités, 1975

Dérive d’azur, Vérités, 1977

Tumulte de lèvres, Vérités (La boîte à poèmes), 1978

Éblouissements d’exil, l’Arbre à paroles, 2006

De deux choses lunes; avec F. Chenot, l’Arbre à paroles, 2010

Rackets du temps, (poèmes et dessins) l’Arbre à paroles, 2014

 

 

Les rackets du temps. Rio di Maria. ( L'Arbre à paroles) - Dessin sur la couverture : © Rio Di Maria - DR

Les rackets du temps. Rio di Maria. ( L'Arbre à paroles) - Dessin sur la couverture : © Rio Di Maria - DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

béatrice Horel 19/08/2015 19:59

Spontanément : wouaouh !
et puis un peu après : des mots évocateurs qui se heurtent, se collisionnent et créent les étincelles de présent, qu'il soit composé ou décomposé !

Rio Di Maria 19/08/2015 21:07

Merci pour le message : bien vu, c'est ma façon de concevoir ma poésie.

Rio Di Maria 19/08/2015 03:31

Cher Eric, un grand merci pour cette publication qui met en évidence "Rackets du temps" et offre au futur des mots en partage venus de toutes mes cellules. Bonne continuation et que les poèmes trouvent toujours refuge dans "Le capital des mots" qui est un très beau pays.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents