Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

TRAİNS DE NUİT

 

 

 

 

 

Les trains de nuit appellent tour à tour les poètes en grinçant des freins dans le lointain, bourdonnant sans fin pour celui qui enrage d'exister.

Fragiles enfants des chemins détrempés, la belle princesse des contes de notre enfance n'existe pas ; celle qui fait scintiller ses joyaux lorsque la rosée du matin dévale feuille après feuille ‏dans le jardin. Sur ces longs quais grisâtres et sales, embarquez pour un long voyage. Celui-là même qui conduit les bêtes malades que vous êtes vers d'impossibles efforts ; mais qu'importe votre peine, agissez donc! Et tant pis si les poètes du confort vous dédaignent.

Sans cesse, cherchez le bon train ; celui que vous n'avez pas encore trouvé et qui conduit on ne sait où... Vos semblables, Verlaine, Germain Nouveau et Abdo Rimb*, et d'autres frères anonymes aussi, la mélancolie en guise de chapeau, ont pris cette route peu fréquentée qui, après les granges de passage, les conduira aux escaliers brûlants ou glacés d'une gare sans retour souhaité...

 

Manoeuvre, manoeuvre encore et toujours divin aiguilleur du destin! Actionne tes rails de diamant!

 

 

 

 

* Nom que le poète Arthur Rimbaud se donnait en Abyssinie.

 

 

 

***

 

 

 

 

 

UN COİN TRANQUİLLE

 

 

 

 

Alors la nuit noire constellée de vermicelles d'argent fond comme du beurre dans l'écuelle du matin...

Quatre marches en rondins de bois moussu, où prolifère la fleur tachetée conquérante et vivante comme la chair, conduisent à un Eden aux tons péridot ou pierre de lune, corail soudain.

C'est le refuge des neiges d'hiver aux urnes couvées par les paons, à l'abri des cheminées volcaniques de lave rouge-orangé, au parterre magmatique orné de pierres de couleurs taillées ou agrémenté de bâtons peints garnis de tourmalines noires ou roses piqués de-ci de-là.

Dans l'ombre constellée de lanternes décoratives en papier jaune soufre et de drapeaux garnis de différents cristaux, la félicité à la saveur du lait de la grande Mahâdevi des hindous.

Au-delà des falaises de cyan, l'avant-cour naturellement composée de terre siffle dans l'air brûlant sous un soleil d'hypnose.

 

JEAN LUCQ

 

 

Il se présente :

 

Je m'appelle Jean Lucq et je suis un poète lyonnais.

 

 

En ce moment je publie sur les blogs suivants :

 

 

 

www.poeme-epars.com + www.le-capital-des-mots.fr.

 

Je collabore aux revues Art'en-Ciel et Le Moulin de Poésie.

 

Mail : jeanluque69@orange.fr

 

Terre Vierge mon premier recueil est sorti récemment.

Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0