Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

L’amour me fredonnait une chanson.

Elle faisait mal.

 

Puisque des mots n’ont jamais sorti les noyés

de l’eau, je m’accroche à ceux dont les pieds sont

dans l’herbe : une lanterne ou du lilas.

 

Si j’étais un homme,

il suffirait de regarder les fossettes

au bas des reins de cette brune

pour ne plus fermer l’œil.

 

Ce soir j’irai danser comme si

une chanson trop triste ne tambourinait

pas dans mon ventre, mon petit bateau.

 

 

 

***

 

 

Ohé, monsieur, qui êtes-vous ?

Vous ai-je rencontré déjà ?

C’en étaient d’autres ou c’était nous,

voici ce que je ne sais pas.

Le soleil rend les amants fous.

Leurs sombres grimaces de joie

voient des pétales dans un trou,

et mettent l’été sur un mât.

 

 

 

***

 

 

Dans le wagon la femme d’en face a les cheveux

de même couleur que le siège

où elle hésite. Et cette fille

qui n’est pas encore jolie,

dont les genoux se touchent,

pense aux choses de son âge.

 

La foi se fane sans commentaire.

Demeurent les tresses de la vie des autres

et un tournis dans les boussoles.

Il ne fallait pas douter de son assise,

ni savoir que l’on ne mourait pas

de faire un pas en arrière, puis quinze.

 

 

 

ARIEL SPIEGLER

 

Ariel Spiegler est née en 1986 à Sao Paulo. Elle vit et travaille à Paris. À paraître aux éditions de l’Arachnoïde : Au café du roi de Sicile.

 

Ariel Spiegler - DR

Ariel Spiegler - DR

Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :