Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kaufhof - Photo de © Agnès Delrieu

Kaufhof - Photo de © Agnès Delrieu

Clément G. Second, en regard de la photo de même titre, ci-contre, d’Agnès Delrieu

 

 

KAUFHOF

 

 

 

De Berlin, bonjour à toi que je voudrais moins lecteur de ces bribes que, un jour à venir, de l’étrange somptuosité spatiale de la ville trop neuve !

Besoin de te parler ce soir, par le truchement d’un stylo bille ingrat courant mal sur sa carte postale dans la chambre d’hôtel à l’étape du jour.

Alexanderplatz… Galeria Kaufhof, l’ancien Ho-Centrum Warenhaus qui fut un exemple de reconstruction communiste au temps de Berlin-Est : massive, nette et terne. Devenue, depuis son remaniement après la réunification, emblématique de la société de production et de consommation – de cet autre matérialisme auquel le commerce des hommes ne se réduit pas.

Cette vue qui longe la façade en contre-plongée jusqu’au bulbe et au fuselé sommital de l’immense Tour de télévision située à quelque distance sur la même place, ce lumineux chromatisme à la lisseur interdite d’expansion chaleureuse !

La ville est un vaste Phénix resurgi des gravats et cendres (matériaux et chairs mêlés) des bombardements, puis de la scission et de l’étouffement par le Mur… Que refoule cette résurrection ?

L’impeccable mais édifiant ( !) édifice, habilement souverain sous l’alibi de sa ligne sobre, ne me transmettra pas l’amnésie dont avec d’autres (certains plus imposants encore) il irradie la nuit de la capitale.

Ici, de même que dans tout autre site urbain chargé de pans de la mémoire du monde, je tiens à me souvenir… Ce « je » excède le mien propre. Il plonge dans l’éducation reçue, dans les versions des aînés, dans les parcours de connaissance, dans les confessions de rencontres ; il est redevable d’un cap mieux suivi qu’avec les seuls moyens du bord. Il a découvert témoignages, trajectoires, douleurs aussi. C’est un « je » élargi par l’histoire.

Dis, qu’est-ce qu’un espace que le temps foule sous les espèces des empreintes lourdes et des bouleversements d’époques successives ? Un palimpseste.

De ma fenêtre, un peu de biais, je vois aussi un autre étagement que celui des niveaux de la volumineuse Galeria Kaufhof : des strates trop méconnues s’écrasant les unes les autres par leur massif empilement. Strates de constructions de toutes sortes, architecturales, économiques, politiques, sociales, de tentatives humaines, d’errements inhumains, d’énergies déversées, de catastrophes, de souffrances infligées, subies, partagées, levain entremêlé de levures diverses, levé, bientôt tassé, aplati en pellicule par les pressions amoncelées au risque d’ensevelir la mémoire.

Oui, je me souviens. Et que ce Kaufhof et ce qu’il représente fassent de même avant que la suite, pourquoi pas meilleure, au moins plus avisée, instruite du précaire des temps et de l’urgence des enjeux, à son tour les absorbe.

Excuse-moi… Tu as dû te dire que je m’emballais une fois de plus, que ça allait déborder le format pourtant géant de cette carte  achetée à l’accueil !

Mais non. Il me reste assez de place pour conclure en te remerciant de recevoir ces lignes et en t’embrassant.

Réponds-moi vite avec de tes nouvelles, que j’espère bonnes.

À bientôt !

 

 

CLÉMENT G. SECOND

 

Clément G. Second

 

Ecrit depuis 1959 : poèmes, nouvelles, notes sur la pratique de l’écrit principalement. Quelques communications artisanales à diffusion confidentielle.

Fréquente littérature, arts, philosophie et spiritualité.  texte

A commencé à proposer ses textes à des revues (Le Capital des Mots d’Eric Dubois, La Cause Littéraire) depuis fin 2013 par besoin de plus d’ouverture. A collaboré à L’Œil & l’Encre, blog photo-textes de la photographe Agnès Delrieu.

Se sent proche de toute écriture qui « donne à lire et à deviner » (Sagesse chinoise ), dans laquelle « une seule chose compte, celle qui ne peut être expliquée » (Georges Braque), et qui relève du constat d’Albert Camus : « L’expression commence où la pensée finit ».

 

a1944@hotmail.fr

 

 

****

 

 

AGNÈS DELRIEU

 

 

 

 

"Curieuse de toute forme d'art .

 

Passionnée par l'image. Investie dans la création photographique depuis longtemps.

 

http://agnesdelrieu.wix.com/angiedelsur

 

Lauréate du 1er prix du concours photo du site Evene sur le thème du Temps avec le cliché " Quand je serai grande" *

 

J’ai souhaité faire partager cet enthousiasme en créant un atelier photo ayant pour finalité de permettre aux adolescents avec lesquels je travaille de faire évoluer leur regard. 

 

À l'initiative d'un projet collectif d'écriture sur mes photos intitulé " l'Œil & l'Encre " http://agnesdelrieu.wix.com/loeiletlencre.

Plusieurs de mes collaborations sont en ligne dans la revue de poésie Le Capital des Mots (en regard des photos, textes de Clément G. Second).

 

Pour enrichir mon regard, mes projets, je suis inscrite à un atelier photo aux Beaux-Arts de la ville de Paris.

 

À l’instar de Camille Claudel, je pense que « l’art doit amener à réfléchir à ce qui, selon le cas, apportera des questions ou des réponses. De cette manière, l’art permet à la fois d’ouvrir et de nourrir l’esprit. L’art doit à la fois plaire, surprendre et choquer. »

 

 

agnes.delrieu@yahoo.fr

Quand je serai grande - Photo de © Agnès Delrieu

Quand je serai grande - Photo de © Agnès Delrieu

Tag(s) : #nouvelles, #photos

Partager cet article

Repost 0