Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Au-dessous de la table,

Un inconnu se cache toujours,

Il ne voudrait point voir le jour,

Il voudrait rester ici même si les ténébreux dansent tout autour,

Son chien lapait le sang qui formait une petite mare sur le tapis blanc,

Le sang d'un musicien qui avait oublié son chant.

Ici,

Une absence du jour et de la nuit,

Le temps passait habituant l'inconnu à sa nouvelle vie,

Le temps chantait les prémices de choses plus terrifiantes à venir,

Le temps récitait des vers qui sont difficiles à retenir,

Les secondes, les minutes et les heures passèrent,

Avec ce silence menaçant et les prières,

Ce silence qui oblige à ne pas parler, même avec son cœur,

Même avec le seul petit souvenir qui illumine faiblement la foi,

Au petit cœur,

Attendant la lueur,

Ce silence qui rend fou, fumeur et penseur,

Ce silence qui oblige l'âme a écouté les cris intérieurs,

Jusqu'à ce qu'il meure.

Doucement,

Silencieusement,

Malheureusement,

Seul.

Au-dessous de la table,

L'inconnu observait d'un œil sidéré ses mains,

Sales, dures, grandes et inhumaines,

Ses mains qui murmurent et qui l'accusent,

Qui entendent ses pardons et qui refusent,

Qui ont honte !

Elles lui frappent le visage et il pleure,

Elles lui crève ses yeux et il sent la douleur.

Au-dessous de la table,

'' Mal... Mal ! '' Il crie,

'' Silence inconnu, vous étiez vous-même le malheur,

Silence, vous étiez un tueur,

Reste ici, au-dessous de la table et pense,

À votre naissance, votre innocence,

Votre conscience,

Votre seul et unique crime, ''

Disait cette voix derrière,

Et disparait, c'était peut-être le père.

 

 

 

 

 

 

 

KHALID EL MORABETHI

 

Khalid EL Morabethi

 

Maroc / Oujda

 

 

LE CAPITAL DES MOTS- KHALID EL MORABETHI
Khalid EL Morabethi - DR

Khalid EL Morabethi - DR

Tag(s) : #poèmes, #photos

Partager cet article

Repost 0