Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Trois sonnets des oiseaux, du recueil Mélaniques. Cl. G. Second

 

 

 

 

 

 

FUGUE

 

 

Paysages comme en retour

Traversée traversée de rêves

Migrateurs contournant les grèves

S’efforçant vers les yeux du jour

 

Sous la scansion de longs détours

Parfois tressaillements de trêve

D’une intime évidence brève

Dont s’évase alors le parcours

 

Ô poignées soudain saupoudreuses

Virevoltes aventureuses

Déroutant des cérémoniaux

 

Puis de plus belle inadvertance

Déclinant des clins de signaux

Ô diagonaux à leur partance

 

 

 

PENCHANTS

 

 

Contemplez ceux qui tourbillonnent

Nouant le ciel aux quatre endroits

Ici-bas la cité foisonne

De leurs cris d’amour et d’effroi –

 

Celui aussi qui arraisonne

L’ouïe du vol le moins étroit

Dont les zigzags bleus la sillonnent

D’étés cléments quand la nuit croît

 

Et celui qui sans fin ramène

Plus d’un dimanche à la semaine

Tenace et comme délaissé

 

Car décevant signe après signe

Il suit sa lumineuse ligne

Descendante sans s’abaisser

 

 

 

 

MISE AU POINT DE L’ÉCOUTE

 

 

Perdus dans les fonds des oiseaux raturent

Tels derniers échos avant le silence

L’oreille exercée néanmoins balance

Au vent qui répand un ciel de murmures

 

Ou bien ce ne sont parmi les ramures

D’un cœur évasif à ses récurrences

Que les débats sus tout bas la patience

De rester en veille avec cette usure

 

Se sont déplacés depuis peu d’un vol

Qui doit tourner lent et raser le sol

Ensemble à présent C’est comme une ligne

 

Basse continue sur quoi des bémols

Etcetera font petitement signe

Leçon oscillante À ses sons l’ouïe cligne

 

 

CLÉMENT G. SECOND

 

 

 

Il se présente :

 

Clément G. Second

 

Écrit depuis 1959 : poèmes, nouvelles, notes sur la pratique de l’écrit principalement. Quelques communications artisanales à diffusion confidentielle.

Fréquente littérature, arts, philosophie et spiritualité.

A commencé à collaborer à des revues (Le Capital des Mots, La Cause Littéraire, N47…) depuis fin 2013 par besoin de plus d’ouverture. Partie prenante de L’Œil & l’Encre*, blog collectif photos-textes à l’initiative de la photographe Agnès Delrieu ( le montage de ce blog déjà visitable se poursuit).

Se sent proche de toute écriture qui « donne à lire et à deviner » (Sagesse chinoise ), dans laquelle « une seule chose compte, celle qui ne peut être expliquée » (Georges Braque), et qui relève du constat d’Albert Camus : « L’expression commence où la pensée finit ».

 

a1944@hotmail.fr

 

* http://agnesdelrieu.wix.com/loeiletlencre

 

 

Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0