Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ETEINS LE SILENCE

( extraits)

 

Après moi

 

Oubliez mes bavardages, mes explications tordues

et mes contradictions logiques.

 

Oubliez les fleuves de mes mots fous.

Ne vous souvenez pas de moi comme d’une bavarde.

 

Rappelez-vous ici ou là quelques-uns de mes silences.

 

Moi, vous avez le droit de m’effacer.

N’effacez pas mes silences.

 

***

 

 

Entre vivre et mourir

j'ai choisi écrire

suis née un 10/09

en ex Yougoslavie

l'année j'ai oubliée

vis et écris en France

écris et pense en français

depuis peu, j’entreprends en serbe

aujourd'hui, j'écris et pense en deux langues

Eteins le silencE

premier livre

avec lequel j'aimerais dire

que l'amour est musique

que tout est possible

amour est mon mot

que tout s'entend

que  j'aime

que j'ai

aimé

il  suffit  d'un  petit  siècle

à l'homme pour être un homme

je rêverais d’en avoir deux ou trois

pour écrire encore et encore

des silences  sur le  silence

dans celui-ci je ne brille

peut-être pas

 

***

 

Jette les disquettes

 

Pour mourir, t'as besoin de rien,

de tes disquettes encore moins.

Pour mourir, t'as besoin de rien,

sois-en certain.

 

Tu peux partir les mains dans les poches,

Ça n’en mène pas large, mais t'emmène loin,

tu laisses toutes tes valoches en bas.

pour mourir t'as besoin  vraiment de rien.

Juste de toi...et de ta foi...

Jette tes disquettes, elles ne valent plus rien. 

 

 

***

 

comment

ne pas penser à toi?

premièrement,  je le veux bien

deuxièmement, ça ne fait de mal à personne

troisièmement,  je pense  que ça  te  fait plaisir

quatrième ment,  tu  fais  partie de  mon univers

cinquième ment,  voudrais-tu le contraire?

sixième ment, y a pas!

septième ment

non plus

 de huit, de neuf

dix, onze, douze

et de treize

le voudrais-je

ne pas penser

à toi

c'est impossible!

tu es en moi

tel un champignon tu pousses et tu prends toute la place

de la tête aux pieds, des pieds à la tête  

dis, t'es p’tit malin quand même!

 

***

 

la peur

 

tu ne sais pas d' où
délicatement
lentement
elle vient
elle arrive à point
toujours à l’heure
seule parfois
sans bruit
ne dit rien
ne s'annonce pas
elle te frôle
te caresse
tu l’entends
tu l'écoutes
elle s’assied à coté de toi
son vide se répand
s’allonge
t’enlace
te saisit
s’installe
te pénètre
te traverse
tu trembles
tu pleures
elle est en toi
la peur
ponctuelle et cruelle
la peur toujours à l'heure

 

 

***

 

entre

vivre et mourir

j'ai choisi écrire

suis née un 10/09

en ex Yougoslavie

l'année j'ai oubliée

vis et écris en France

écris et pense en français

depuis peu, j’entreprends en serbe

aujourd'hui, j'écris et pense en deux langues

Eteins le silencE

premier livre

avec lequel j'aimerai dire

que l'amour est musique

que tout est possible

amour est mon mot

que tout s'entend

que  j'aime

que j'ai

aimé

il  suffit  d'un  petit  siècle

à l'homme pour être un homme

je rêverais en avoir deux ou trois

pour écrire encore et encore

des silences  sur l e  silence

dans celui ci je ne brille

peut-être pas

 

 

***

dîner magique

 

laisse la porte entr’ouverte

invite le bonheur à dîner

largue les tracas

au menu ; baisers

un ou deux, à la place des œufs

dans la salade, n’ajoute rien

tu peux ,mais juste un peu

une lueur en poudre de douceur

et sois rieur

à volonté les câlins

de l’esprit sans mesure

le courage dans les poivrons

ne te pose pas trop de questions

une bouteille de vin joyeux

quelques grains de compréhension

une cuillerée de liberté

jalousie à éviter

les bougies allumées

sur la table les roses

le reste, laisse ton cœur faire les doses

à la fin du dîner, un café serré-sucré

rajoute un nuage de magie

n’oublie pas l’eau de vie

si le bonheur ne vient pas dîner avec toi

vers l'aube, je viendrai moi

 

 

***

 

silence

 

quand tu entendras

le bruit fruit qui mûrit

le bruit du pollen qui nourrit

le bruit de l’herbe qui pousse

le bruit de la feuille et du grain de poussière

le bruit du rêve de pierre

 

quand tu entendras

le bruit d’une goutte de pluie

qui s’écrase et qui dit

je suis mouillée

j’ai froid

sous la pluie

mais je suis la pluie

 

quand tu entendras ton corps

quand tu entendras ton sang

quand tu entendras tes larmes

quand tu entendras tes cheveux

qui virent au gris

quand tu entendras

le bruit des ombres lasses

tu entendras enfin

je serai là

parce que

je t’aime

je suis le silence

 

je me suis dévêtu

nu

pour toi

tu m’auras recueilli

tu m’auras écrit

 

 

ZORICA SENTIC

 

 

Traduit du Serbo-Croate  par Maggy de Coster

 

 

 

 

Zorica Sentic. Poétesse décédée en 2014.

 

Plus d'infos :

 

 

http://zoricasentic.blogspot.fr/

Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :