Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - KHALID EL MORABETHI

Publié par ERIC DUBOIS sur 22 Novembre 2014, 11:24am

Catégories : #poèmes

 

Dehors,

L’annonceur crie que Léopoldine est morte,

Et alors que rien ne semblait vivre encore, les crieuses sortent,

Le jour, la nuit, les hommes et leurs maîtresses avaient disparu

C’est pour cela, le soleil sans lumière est apparu,

C’est pour cela, il y avait ce silence.

C’est pour cela, il n y avait plus de sens.

Aucune magie,

Aucune foi,

Aucune reine fidèle à son roi,

Aucune fleur,

Aucun médicament pour la douleur,

Aucun révolutionnaire,

Pour sa terre injustement prise et pour ses frères.

Aucune naissance d’un héros.

Aucun message d’un sage.

Rien, que la blancheur d’une page.

Dehors,

Le père crie ‘’ Léopoldine, ma fille, est morte

La dernière déesse est morte,

La dernière pure âme,

Mon unique petite flamme,

Mon unique cause.

Ô Rose !‘’

Dehors,

La voyante crie que demain, la peste,

Les gens, inquiets, partent mais le père reste,

Près de la tombe avec son bouquet de fleur,

Souhaitant qu’il, meure

Heureux, près d’elle,

Fermant les yeux et oubliant ce monde cruel.

‘’ O Léopoldine, ma fille, je suis toujours, près de toi, ma belle. ‘’

 

KHALID EL MORABETHI

 

 

 

 

Khalid EL Morabethi

 

Maroc / Oujda

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gabriel meunier 23/11/2014 21:54

votre texte est tres beau
il me semble qu'il sera éternel
bien à vous

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents