© Gabriel Meunier

© Gabriel Meunier

alchimie

 

il y a quelques siècles, des vieillards un peu sages et fous s'adonnaient secrètement et religieusement à cette science. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Les caméléons séchés, les oreilles de cloportes et le crottin de loup blanc faisaient bien un peu de poussière, mais de temps en temps - ô miracle - le chat noir ne trouvant plus traces de souris décidait de faire un peu de ménage. Avec ses sept queues, il fallait quand même pas exagérer !

D'ailleurs la chouette du clocher l'encourageait, pendant que la lune surveillait tout cela d'un oeil complaisant.

Détenteurs de la pierre philosophale et de quelques centaines de fioles étranges, ils avaient leur place auprès des reines et rois. Guérisseurs ou empoisonneurs de belles mères, diseurs de catastrophes ou de miracles, ultimes recours des grands argentiers aux abois, ils étaient craints, adulés ou brûlés.

 

Puis Dame Raison sortit du bois.

A peu près au même moment, quelques philosophes (éclairés) se chargèrent de mettre un peu d'ordre dans ce capharnaüm. Foin des grimoires ! Vivent les traités, les codes !

Ce fut la chimie, la carbochimie, la pétrochimie... La chimie pour tous !

Toujours prêts pour les nobles causes, quelques nobliaux se lancèrent dans l'aventure.

Hilaire du Chardonnet, Dupont de Nemours et bien d'autres patrons de Champignac ou d'ailleurs commencèrent à vendre, qui des boites de pilules, qui un élixir de jeunesse, qui des tissus tous plus magiques les uns que les autres.

 

Crac ! boum ! Un éclair !

La fée électricité descend sur terre !

Il faut dire que Benjamin Franklin l'avait carrément provoquée depuis un moment, avec son grand paratonnerre dressé vers les nuées les plus noires. Volta s'est mis de la partie avec ses piles d'électrons, et le cours des choses étant toujours, comme on sait, bien suivi, il fut dorénavant possible de s'éclairer (sans se brûler les doigts) puis même de se parler à distance !

 

Avouez ! C'était mieux que de se contenter du portrait jauni d'un défunt, surtout quand on ne savait pas dessiner.

Tout un petit monde plus ou moins invisible, habitant des caves et greniers, allait pouvoir ou devoir se ranger, sinon passer à l'aspirateur (le kärcher ce sera un peu après).

Mais les braves ions et les malins électrons ont pu nous offrir la suprême baguette magique :

LA télé-co-mmande ! Zap ! Zap ! Tu m'ennuies ? Zap ! tu es moche ? Zap !

Grâce à la fée électricité, micro-caméras, écrans tactiles et autres bracelets électroniques peuvent maintenant nous assigner à résidence.

 

Non non, croyez moi ; ce n'est pas fini.

Le nucléaire nous emmènera au paradis !

 

 

 GABRIEL MEUNIER

 

Il se présente :

 

Enseignant retraité, photographe auteur aujourd'hui.

Illustration d'ouvrages, collection de cartes postales "Hémisphères", affiches et plaquettes pour l'artisanat et le tourisme. Si certains sont « tombés dans le révélateur » à leur naissance, d’autres ont reçu un appareil numérique pour la fête des pères. Suis-je un hybride ? Efficacité, logique (site d'éducation à l'environnement Images-4D.org) mais aussi vécu et sentiment (www.galerimaginaire.org).

Bouton - © Gabriel Meunier

Bouton - © Gabriel Meunier

Tag(s) : #poèmes, #photos

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :