La parole d’une route

             Des arbres comme des corps

             Lourds au repos

Imminence des forêts

Perte attendue

Des chemins perpendiculaires

 

A une époque mon père

Etait coiffé en brosse

Pour contenir sa mélancolie

Comme ce champ de maïs

Coupé net

 

Je n’ai pas pris le temps

De compter les vaches

Eparpillées sur la nappe verte

Qui fermente

 

Le monde est bien rangé

Quand je peux nommer douleur

Ce qui m’est épargné

Le paysage est le seul miroir

Qui me renseigne

Sur ce que je suis

Peut être

 

 

 CLAIRE KALFON

 

 

 

Claire Kalfon , née en 1956, vit et enseigne à Tours. Elle a été publiée dans les revues Petite, Décharge et Friches. Certains poèmes sont en ligne sur les revues numériques Secousse, Le Capital des mots et La Toile de l’Un.

D’autres paraîtront fin 2014 dans les revues Décharge et Ce qui reste.

Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :