Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 



AUTOPORTRAIT, 2014

 

 


Titubante silhouette avouant sa timidité
Qui vient de passer là

Sa tête, un panneau publicitaire que personne ne remarque plus

Le message pourtant attire l’attention
De quelque passager du bus à la bourre


On a beau le dépasser toute la semaine
Il reste, lui, intrigué du lundi au dimanche, et lisant

Dans cette tête un rituel superbe
Seulement dévié
Par l’embarras réitéré de la démarche

 

***

LA VILLE

 

 


La ville en soin palliatif
Écoute
Le concert des grenouilles !

Nos demeures recouvertes
De noir ;
A l’unisson, se recueillent.

Dans un profond silence,
Angoisse
Et peur veilleront ensemble !

 

***

LE PALMIER (VERT)

 


La clairière est la mère de notre amour
Comme une serre où serait enfermé
Mon cœur et peut-être toujours le tien.
La nuit, je rêve de son ruisseau limpide,
Aux rivages doux, aux parterres frais.

Terre de mon premier amour, mon premier bonheur
Et terre de ma plus grande désillusion.
Terre qui garde, jusqu’à présent, ton parfum
Dans les feuilles de ses peupliers, ses palmiers
Et qui les dispersent dans l'atmosphère,
À chaque passage du vent ; à chaque passage
M’entraînant avec elle, dans le tournis de son allant !

 

LAITY NDIAYE

 

***

 

Laïty NDIAYE


Écrivain Sénégalais né en 1989 à Agboville (Cote d’ivoire) auteur de deux ouvrages publiés par la maison d’édition alternative EDILIVRE [Textes vespéraux (2012), l’apocalypse (2013)]

 

 


Laitynd83@gmail.com

 
 
Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0