Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sur les pas d’Emile Ripert


 

Emile Ripert (1882-1948), félibre français, n’a eu de cesse, tout au long de sa carrière littéraire, de louer les splendeurs de sa ville natale : La Ciotat, enclave navale située à mi-chemin de Marseille et de Toulon. Sur les hauteurs de cette ville entre colline et mer se trouve, encore intact, le pavillon de travail du poète. A l’ombre des hauts pins de la propriété familiale du Sécadou, la bibliothèque et le bureau donnent sur un jardin où veille solitaire un buste de l’écrivain, œuvre du sculpteur marseillais Paul Gondard. Le visage de Ripert, figé dans le marbre, semble adresser un regard éternellement nostalgique et complice au paisible domaine dont un jour de septembre 2014 le portail m’a été ouvert …*


 

Seuls, les grands pins, au loin, mettent leur masse sombre ;

Voyez-vous comme tout est pur ? On peut compter

Les pierres des chemins aux minuscules ombres ;

C’est un rêve, mais c’est un rêve de clarté.

 

Emile Ripert, A la vieille maison.


 


 

Dimanche hésite. Automne offre au destin son pesant de nuits blêmes.

A fleur de carte une route – rond-point puis deux impasses –

Pinède nous y sommes.


 

D’une bleuité bue à la plus fine coupe le ciel dit : promenade

Portail

Et le bloc sec du vers.


 

Un buste de Ripert, sous frondaisons, semble un bouddha de bronze.

Prajna-Sutra-Ciotat abolit la douleur prend dans ses mailles un souvenir    

D’enfance et la jouissance pure suscitée par l’idée d’un récit           Poussant seul ses Lignes à travers ronces et mauvaises herbes.


 

Ripert en pleine page, offert au Midi grec, sous un petit auvent. Ni grammaire Ni bouée –

En off la pénombre d’un bureau en friche : pavillon de travail.


 

Au vent des élégies battent les volets verts s’accorde à l’olivier, d’un coup,

Tout le gris de septembre.


 

Il y eut ici des larmes et des nappes de songe –

Amérique ses docks.


 

Il y eut, sans amertume, l’amoureuse de quinze ans la mort qui vous regarde -

Un plongeon -

La Ciotat - entre les palmes écran total et les allées :

La mer.


 

Il y eut, s’il m’en souvient, l’amitié valéryenne et le soleil tel quel

Au mât d’une tartane,

Le tangage les rêves,

Du félibre nageur le sommeil tarlatane.


 

Il y eut au front d’un soir (mousseline secrète) le plus tendre baiser,

Ouvrage sur le métier cent mille fois remis –

[De moi je ne sais rien que l’écorce meurtrie …]


 

Il y eut au bord du temps une vie de poète un intime sentier

Qui à l’Être ne mène qu’à condition d’amour

Et des clartés d’un golfe.


 

Suave émanation de l’été qui s’achève le jardin sur lequel se penche la nature Et que veille un portrait un peu rieur - surpris à peine par le battement d’or D’un éternel ressac,

Par le miel d’un fruit mûr cent mille fois cueilli.


 

Le Sécadou, La Ciotat, le 21 sept. 2014.


 

* Mes plus chaleureux remerciements vont à Véronique Ripert pour m’avoir un dimanche ouvert les portes de la poésie et initié aux « lieux » de son grand-père ; le poète Emile Ripert.

 

 

 

JEAN-BAPTISTE MOGNETTI

 

 

 

Il se présente :

 

Né en 1983.

 

Diplômé des Beaux-arts de Paris et Docteur en histoire de l’art contemporain de l’Université Paris IV, je mène, dans le domaine des arts plastiques aussi bien que dans celui de la recherche un travail littéraire et poétique polymorphe : notes de lecture, dessin, critique. Passant d’un registre à l’autre, j’ai ainsi récemment publié, pêle-mêle, une biographie de Kurt Cobain (nerval.fr), deux poèmes courts sur le surf (The Inertia.com), un recueil d’aphorismes (NFE, éditeur indépendant de musique Noise) ou encore un texte en prose sur le déclin de l’industrie en France (L’Humanité.fr). Toutes ces ébauches sont enfin, pour moi, des moyens de « faire avancer » la question du poème à travers la publication en ligne.

 

 

 

 

Emile Ripert dans son Golfe d’Amour [La Ciotat, s. d.] © Véronique Ripert – Tous droits réservés.

Emile Ripert dans son Golfe d’Amour [La Ciotat, s. d.] © Véronique Ripert – Tous droits réservés.

A lire absolument :

 

Emile Ripert, Poèmes choisis par Claire Dutrey, Paris, Les Poètes Français, 2009.

Emile Ripert, Le Chemin Blanc, Paris, Eugène Fasquelle, 1904.

[Texte intégral en ligne : http://www.emile-ripert-livreenligne.fr]

 

A consulter:

 

http://www.emile-ripert.eu


 

Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0