Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’encre des veuves


 

Des broussailles griffonnent leurs fronts inquiets


 

Caché dans les poches de leurs tabliers

Un mouchoir

Pelote de chagrin à portée de main

Accompagne

Du soir au matin

Leurs gestes quotidiens


 

Sur la pierre des volcans

Elles frottent le savon

Qui change l’eau en lait

Essorent le coton

Qu’on porte tout l’été

Chahutent le vent

Avec les draps blancs

Gonflent les poumons

De l’air frais

Leurs dessous

Alignés

Sur les allées de graviers

Dans le silence

Des secrets

Âpres

Comme le civet

Qu’elles servent

Le dimanche

A déjeuner

La gorge sèche

Nappée

Du vin et du sang

Qui ravit leur palais

De la joie

D’un père ou d’un frère

Tirés en plein champ

Comme la bête

Qui s’enfuit devant

Et ruine

L’enfant

Qui savoure l’instant

D’essuyer son festin

D’un revers de pain

Et de quitter

La table

Serein.


 


 

4 juillet 2014

 

 

LAURE WEIL

 

Laure Weil se présente :

 

 

 


Professeur agrégée d'arts plastiques, je suis aussi curieuse de littérature, de cinéma et  d'architecture. J'ai fabriqué quelques livres d'artistes, dont le lien entre eux semble être l'effacement. Livres restés confidentiels. J'écris généralement pour restituer une rencontre avec une œuvre, qu'elle appartienne au champ des arts plastiques ou au cinéma.
Je cherche à diffuser mes textes parce qu'il est plus facile de se motiver à écrire régulièrement quand on sait que ses textes sont susceptibles d'être publiés.
Mes écrits sont nourris par ma culture des arts plastiques et par ma liberté à jouer avec les mots, comme s'il s'agissait de couleurs pour un peintre.

 


 


 

 


 

Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :