Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

INSTANTANÉS

1

Deux petits dieux s'éclaboussent

en riant dans l'écume

pendant que

portes ouvertes

l'église déborde jusqu'au rivage

des amis éplorés du Grand Mort.

 

3

Chenille-éclair dans la brume du soir

un train s'empresse

effaçant l'horizon

deux biches étonnées ont dévalé le talus-liseré

Mystère

Fugacité sauvage.

 

4

Lecture poétique assidue dans les champs

récitants et public attentif

Dans le silence d'un printemps opulent

un couple de chardonneret amoureux

se poursuit et revient

revient encore

chahut indifférent.

 

 

***

 

DU NÉANT

 

Des prairies parfumées d’étoiles

frémissantes

ondulaient au ressac de multiples marées

Des âmes fières partaient

en quête de vallées habitées

écho cherchant écho.

 

La mer empilait des montagnes

vomissant des cavales hennissantes

aux crinières d’écume.

Des galops de tonnerre

s’engouffraient dans des grottes

stériles

aux fragiles colonnes

 

Souffle des incendies

gerbes néantissantes

torches en deuil et laves rouges

Désertion de l’esprit

à moins

que ne reflue d’en bas un cri,

fumet d’humanité

 

Aucune trace de pas figé

ou de foyer

le vent s’entête filant ses théories

perverses

Pluie de nuit évinçant le soleil

obscure vitalité prolongée

en errance

 

Le vent chauffe

à l'abri des talwegs

fumées aromatiques

en espoir de printemps

orgueil et devenir

agacent spectres

et tempêtes

 

Des âmes fières

en quête de vallées

s'attardent à habiter

écho cherchant écho

J’aurais aimé vivre ici

pour y conclure un pacte

de ferveur.

 

 

FRANÇOISE COULMIN

 

 

Plus d'infos :  http://www.printempsdespoetes.com/index.php?url=poetheque/poetes_fiche.php&cle=221  

 

 

Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0