Ce livre, la vie

 

Relire en diagonale les passages aux averses

Le froid collé au corps comme une seconde peau

Page-marquer le soleil

Corner ce livre, la vie

Consciencieuses pliures

Ainsi tout relier

Les impressions boiteuses, émotions décousues

Surligner le silence

le mot le plus bavard de mon clavier –

Comme si ça pouvait s'oublier – sait-on jamais –

Le ciel aux fenêtres

Qu'importe si le vent ressasse la lumière

C'était vivement vivre

Vivement vivre loin

 

***

 

Ce tout poème

 

Trop noir

Trop blanc

Ce tout poème

Son écriture barbelée

Les mots lacèrent

Calcinent

 

Beaucoup de phrases rabotées

(ça prendra un carnet entier

et quelques autres)

Avant de jucher

- Haut -

L'éternité recluse dans la beauté du soir

Et du matin recommencée

Faire ce que je dois  :

Aquareller

Et juste retenir

Comme floue, inachevée

Une sérénité ivre

 

Laisser filer les rives

La rivière

Les passeurs de comètes

 

 

COLETTE DAVILES-ESTINÈS

 

Naissance au Vietnam, enfance en Afrique. Anciennement paysanne, aujourd'hui citadine.

Elle puise son inspiration dans un sentiment de perpétuel exil.

Quelques textes publiés à La Barbacane, LE CAPITAL DES MOTS et La Cause Littéraire

Son blog : Volets ou vers

 

 

Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :